Les artistes

Alex A. écrit et dessine depuis toujours. Il a d’ailleurs inventé le personnage de l’Agent Jean alors qu’il n’était pas plus âgé que ses lecteurs actuels. Pendant des années, il a entouré son antihéros sympathique d’acolytes colorés et s’est amusé à les plonger dans des situations extravagantes. En 2011, son rêve se concrétise : les aventures de son agent secret sont enfin publiées! L’Agent Jean! connaît un succès retentissant auprès du public et est apprécié des jeunes lecteurs tant au Québec, qu’en France, en Suisse et en Belgique. La série est également publiée au Canada anglais sous le titre de Super Agent Jon Le Bon!

Bédéiste prolifique, Alex A. a aujourd’hui trois séries et plus de quinze bandes dessinées à son actif. Ses principales inspirations? Tout ce qui existe, mais surtout, tout ce qui n’existe pas! Alex A. habite avec son chien, Ours, à Montréal. Dans ses temps libres, il s’adonne à l’escalade, lit des bandes dessinées de superhéros et joue à des jeux vidéo.

(Photo : Agence Fotografika)

 

Dans l'univers d'Alex A. 

Elle a représenté le Québec et la poésie dans une douzaine de pays. Auteure de dix ouvrages, dont sept recueils de poèmes, elle a été finaliste en poésie des Prix littéraires de Radio-Canada et du prix Alain-Grandbois 2014 pour Hommes de sable et lauréate du Grand Prix de l’Union des poètes francophones en Belgique. Son recueil Bagnards sans visage est paru en 2018 aux Écrits des Forges. Elle a été en résidence d’écrivain au Mexique où elle a organisé et participé à de nombreuses activités littéraires. En novembre 2019, elle participera au 15e Festival international de poésie Tras las Huellas del Poeta au Chili.

 

Brigade littéraire extraordinaire

Nuit de la poésie 

Joséphine Bacon est une poète innue originaire de Pessamit, née en 1947. Également parolière et réalisatrice, elle est considérée comme une autrice phare du Québec, reconnue sur la scène internationale. Elle dit souvent d’elle-même qu’elle n’est pas poète, mais que dans son cœur nomade et généreux, elle parle un langage rempli de poésie où résonne l’écho des anciens qui ont jalonné sa vie. Les éditions Mémoire d’encrier publient notamment son premier recueil, Bâtons à message/Tshissinuashitakana, Un thé dans la toundra/Nipishapui nete mushuat, et Uiesh • Quelque part. Récipiendaire de nombreuses distinctions pour son œuvre, Joséphine Bacon enseigne également l’innu-aimum depuis plus de 40 ans et donne de nombreux ateliers d’écriture et conférences dans les universités, les cégeps et dans plusieurs communautés autochtones.

(Photo : Benoit Rochon)

 

- Cabaret souvenir

Normand Baillargeon est philosophe, essayiste et chroniqueur.
Il a publié, édité ou traduit plus d’une soixantaine d’ouvrages traitant de philosophie, de politique, d’éducation ou de littérature, ainsi que des centaines d’articles et de chroniques sur tous ces sujets.

 

- Ceci n'est pas une pub

Née en 1979, artiste pour la Paix en 2012, Anaïs Barbeau-Lavalette a réalisé plusieurs longs-métrages documentaires, maintes fois primés, dont Les petits princes des bidonvilles (2000), Si j'avais un chapeau (2006), Les Petits Géants (2010, récipiendaire d’un Gémeaux) et Se souvenir des cendres (2010) qui suivait l'aventure du film Incendies de Denis Villeneuve et remportait le Gémeaux du Meilleur documentaire, ainsi que Le plancher des vaches (2014). 
Elle a également réalisé deux films de fiction, Le Ring (2008) et Inch'allah (2012, prix Fipresci à Berlin). Elle est l’auteure des chroniques de voyage Embrasser Yasser Arafat (2011), des romans Je voudrais qu'on m'efface (2010) et La femme qui fuit, un grand succès critique et public en 2016, et de l’album Nos héroïnes (2018), illustré par Mathilde Cinq-Mars.
Au printemps 2016, elle présentait avec Émile Proulx Cloutier le documentaire scénique Pôle Sud au théâtre l’Espace libre.

(Photo : Sarah Scott)

 

- Cabaret souvenir

Bachelier en communication (journalisme) et détenteur d’un certificat en cinéma, Pierre Blais travaille dans les médias écrits et électroniques de Québec depuis plus de 25 ans. Durant ces années, il a animé l’émission Pulsart à Télé-Québec et de nombreuses émissions sur les ondes de la radio de Radio-Canada et de CKRL-FM. Il est aussi reconnu comme chroniqueur de cinéma et de BD; on peut notamment le lire dans le magazine Le Clap, l’entendre à CKIA et le voir à MAtv. Depuis l’automne 2014, il enseigne le journalisme et le cinéma au département de communication du Cégep Limoilou.

 

Table ronde | La littérature peut-elle sonner l'alarme?

Marjolaine Beauchamp remporte en 2010 l’argent à la coupe du monde de slam en France. Elle publie aux éditions de l’Écrou Aux Plexus et Fourrer le feu. Elle a écrit les pièces Taram et M.I.L.F.. Elle était également de la distribution. Ces pièces ont été produites par le théâtre du Trillium pour lequel elle est auteure associée. Marjolaine assure la première partie de Richard Desjardins lors de la tournée l’Existoire. En 2018 elle publie sa pièce M.I.L.F. aux éditions Somme Toute et assure la fonction d’invitée d’honneur pour l’Outaouais au SLO. Les rapports de genre, les procédés impliquant les altérations et les modifications d’œuvres littéraires ou visuelles, les nouvelles écritures ainsi que la médiation culturelle sont au centre de ses intérêts. Elle a reçu le Prix du CALQ - Œuvre de l’année et également le Prix du CALQ - Créateur de l’année en 2018 pour la pièce de théâtre M.I.L.F.

(Photo : Marianne Duval)

 

- Ceci n'est pas une pub

Écrivain et professeur de création littéraire à l’Université Laval, Alain Beaulieu est surtout connu comme romancier. Son œuvre compte actuellement dix romans pour les adultes et quatre pour les jeunes, dont le « best-seller » Le Solo d’André. Ses textes pour le théâtre ont été présentés en lecture publique à Montréal et à Québec. Il dirige la revue Le Crachoir de Flaubert consacrée à la création et à la réflexion sur celle-ci en milieu universitaire. L’œuvre d’Alain Beaulieu a été couronnée de nombreux prix.

 

Livres comme l'air

Écrivain, professeur et éditeur, Étienne Beaulieu dirige les éditions Nota bene, enseigne la littérature au cégep de Drummondville et dirige la programmation des Correspondances d’Eastman. Il a fait paraître sept livres dont un récit (Trop de lumière pour Samuel Gaska) et des essais littéraires (La pomme et l’étoile, Splendeur au bois Beckett, L’âme littéraireSang et lumière. La communauté du sacré dans le cinéma québécois, L’éclat du neutre. Études sur les cultures romantiques de la prose, La fatigue romanesque de Joseph Joubert).
(Photo : Audree Wilhelmy)

Auteure, commissaire, animatrice, militante féministe, la parole de Vanessa Bell fait écho à la radio depuis dix ans où elle traite littérature et danse contemporaine.

Sa pratique plurielle l’a amenée à collaborer et se produire tant au Québec qu’à l’international. Le Musée national des beaux-­arts du Québec, Le cube — centre de création numérique (France), Inter | Le lieu, le Festival de poésie de Montréal, Le Festival international de la poésie de Trois-­Rivières, The Word on the Street (Toronto), La Maison de la littérature de Québec, Project(ion) Room (Belgique), sont quelques lieux et événements qui l’ont accueillie.

Son travail explore la notion de l’intime et du territoire. À l’automne 2019 paraîtra son premier recueil, De rivières aux Éditions La Peuplade. 

(Photo : Charles Briand)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Parcours littéraire performatif

Fraîchement diplômée d’une maîtrise en études littéraires, Juliette Bernatchez est active dans le milieu littéraire de la ville de Québec depuis 2018. Elle est travailleuse culturelle, notamment chez les productions Rhizome et au Conseil de la culture, en plus de siéger à titre de coordonnatrice générale du Bureau des affaires poétiques. Ses recherches, tant intellectuelles que créatives (poésie et essai), aspirent à ouvrir les possibles de l’engagement féministe en livrant une poésie accessible. Elle s’intéresse précisément aux thèmes de l’attente et de l’indifférence, en plus du concept de la sororité, dans une poésie inspirée du courant de la radical softness.

(Photo : Laurence Gauthier)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Très active sur la scène musicale et culturelle de Québec, Andrée Bilodeau est violoniste, altiste et chanteuse. Elle a étudié le classique, la musique traditionnelle avec Les Batinses, la musique actuelle avec Interférence Sardines, et agit à titre de capitaine dans la Ligue d’improvisation musicale de Québec (LIMQ). Chanteuse qu’on surnomme la Reine du mambo, elle a participé à de nombreux projets musicaux sur disque, sur scène, à la radio, à la télévision, en musique classique, improvisée, actuelle, traditionnelle, musique d’ambiance, variétés, clown, danse, spectacles multidisciplinaires et court-métrage. Au théâtre, elle crée avec Patrick Ouellet la musique de La robe de Gulnara (2010), Laurier-Station (2011), Frontières (2013), Le cas Joé Ferguson (2016 et 2017) et Le baptême de la petite (2018). On a pu la voir au Carrefour international de théâtre de Québec dans la pièce Ici et Où tu vas quand tu dors en marchand...? 1, 2, 3 et 4. Dernièrement, on l’a entendu dans les productions Kitchen Chicken (L’orchestre d’hommes-orchestres), Incendies, Une bête sur la lune, La détresse et l’enchantement, Les chaises et L’histoire du grillon égaré dans un salon. Notons que les pièces Show de vaches au Bitch Club Paradise, La robe de Gulnara et Frontières ont été en nomination pour le prix Bernard-Bonnier aux Prix d’excellence de la culture qui récompense un environnement sonore mémorable. Andrée anime également des ateliers de théâtre pour enfants en collaboration avec le Théâtre du Trident.

(Photo : Emmanuel Buriel)

 

- Cabaret souvenir

Michèle Blanchet a enseigné et pratiqué la psychothérapie durant plusieurs années. Maintenant retraitée, elle se consacre à la poésie. Elle a publié plusieurs récits et recueils de poésie, parmi lesquels Plus loin que toujours (Écrits des Forges, 2015) et L'heure mauve (Éditions David, 2010). Elle a reçu le prix d’excellence FADOQ au Festival international de poésie de Trois-Rivières en 2004 ainsi que le prix Alphonse-Piché en 2005.

 

- Nuit de la poésie

Née en 1978 au Lac-Saint-Jean, Mylène Bouchard est écrivaine et éditrice. Ses livres remettent en question les modèles de pensée dominante, proposent de voir plus loin, invitent à affronter le monde, réinventent le risque et l’aventure de la vie. Son plus récent roman paru à l’hiver 2017, L’imparfaite amitié, présente une vision plurielle des relations humaines, sise entre le désir et la consommation, l’intimité et la résistance. Aussi finaliste au Prix littéraire du Gouverneur général, elle a reçu le prix Joseph-S.-Stauffer pour ce projet. Elle fait paraître en septembre 2019 Les décalages contraires, son premier livre de poésie.

(Photo : Sophie Gagnon Bergeron)

 

Table ronde | La littérature peut-elle sonner l'alarme?

 

Originaire des Îles-de-la-Madeleine, Geneviève Boudreau habite à Québec, où elle enseigne la littérature au Cégep de Sainte-Foy. Elle est l’autrice des recueils Si crue que tu pourrais y mordre, Comme on tue son chien, Le regard est une longue montée (finaliste au Prix Alain-Grandbois) et Acquiescer au désordre. Elle publie en 2019 son premier recueil de nouvelles, La vie au-dehors, aux éditions du Boréal.

(Photo : Atwood photographie)

 

- Nuit de la poésie

Simon Boulerice est un touche-à-tout épanoui. Codirecteur artistique de l’Arrière Scène et chroniqueur à la radio et à la télévision, il navigue entre le jeu, la mise en scène, mais surtout l’écriture. Il écrit du théâtre, de la poésie et des romans, tant pour adultes que pour enfants. Parmi sa quarantaine de titres, il est l’auteur des célébrés Simon a toujours aimé danser, Martine à la plage, Javotte, Edgar Paillettes, PIG, Les garçons courent plus vite, Florence et Léon, L’enfant mascara et Géolocaliser l'amour. Ses œuvres, traduites en sept langues, ont été nommées, notamment, aux Prix littéraires du Gouverneur général, aux Prix des libraires et aux Prix de la critique.

(Photo : Maxime Leduc)

 

Géolocaliser l'amour

Artiste québécois de 20 ans, Léo Coupal fait ses premiers pas en poésie à l’âge de 15 ans à la suite d’une rencontre avec les mots de David Goudreault. Issu de la culture hip-hop et pratiquant le breakdance depuis une dizaine d’années, il intègre d’abord la poésie à la danse, sa passion initiale. En 2016, il rejoint la scène québécoise de slam et y remporte le Grand Slam national. En 2017, il représente le Québec à la Coupe du monde de slam de poésie à Paris et s’y classe cinquième. Depuis, il se promène au Québec entre écoles et événements pour partager ses passions et ses mots, tout en travaillant sur différents projets artistiques. Telle sa danse, son écriture rythmée et fluide lui permet d’animer la scène avec vigueur, légèreté et profondeur!

 

Brigade littéraire extraordinaire

Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1981, Lorraine Côté est à la fois comédienne, metteure en scène, autrice et professeure. On a pu la voir dans plus d’une centaine de spectacles, dont les plus récentes sont Bienveillance, Qui a peur de Virginia Woolf ?, W;t, Phèdre au Théâtre de la Bordée ; Albertine en cinq temps au Trident et au TNM. Elle a mis en scène des œuvres marquantes, notamment Fin de partie, de Samuel Beckett, Bonjour, là, bonjour de Michel Tremblay, Hedda Gabler de Ibsen, En attendant Godot de Beckett et High Life de Lee Macdougall présentées au Théâtre de la Bordée ; Le libertin d’Éric-Emmanuel Schmitt au Trident. Elle a remporté quelques distinctions dont : le Masque de la meilleure production région pour la pièce High Life, le Masque de la production Québec et le prix de la critique pour En attendant Godot. Elle a réalisé plusieurs mises en lecture, dont Québec, printemps 1918, pour marquer le centenaire des émeutes de Québec, Lire Québec, en 2017 dans le cadre du Festival Québec en toutes lettres. Elle joue dans la reprise de Les sept branches de la rivière Ota, qui inaugure le Diamant.

(Photo : Nicola Frank Vachon)

 

- Cabaret souvenir 

Véronique Côté est comédienne, autrice et metteure en scène. Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2002, elle a joué dans près d’une trentaine de productions théâtrales. On a pu la voir, entre autres, dans Attentat et La fête sauvage, deux créations auxquelles elle a collaboré comme coauteure et comme metteure en scène. On l'a vu aussi au petit écran dans Complexe G et dans Léo ainsi qu’au grand écran dans Madame Mollard. À titre de metteure en scène, elle a dirigé également les pièces Faire l’amour, Scalpée et Venir au monde d’Anne-Marie Olivier. Ses pièces pour enfants Flots, Tout ce qui brille voit et Les choses berçantes, dont elle signe également les mises en scène, ont eu un magnifique rayonnement au Québec et en France. Comme autrice, elle coécrit, avec Steve Gagnon, le recueil Chaque automne j’ai envie de mourir, publié dans la collection Hamac, un projet qui provient du tout premier Où tu vas quand tu dors en marchant...? du Carrefour international de théâtre. Elle publie sa pièce Tout ce qui tombe, finaliste aux Prix du Gouverneur général en 2013 (Éditions Leméac), et l’essai La vie habitable (Nouveau Projet – Atelier 10). Véronique signe également des chroniques dans le Devoir ainsi qu’à la radio, sur la chaîne ICI.
(Photo : Stéphane Bourgeois)

Élodie Cuenot a commencé sa formation théâtrale sous la direction du metteur en scène Jean-Christophe Queff, selon les méthodes du cours Florent (Paris). Désireuse d’acquérir une formation internationale et diversifiée, Élodie s’installe au Québec et obtient un baccalauréat ainsi qu’une maîtrise en théâtre à l’Université Laval. Parallèlement à ce cursus institutionnel, elle suit différents stages avec des professionnels en jeu, en marionnette et en mise en scène au Québec, en Italie et à Barcelone.

Élodie Cuenot est également une improvisatrice chevronnée, discipline qu’elle a également enseignée. Elle a évolué principalement au sein de la LIQ (Ligue d’Improvisation de Québec), de la LUI (Ligue Universitaire d’improvisation), de la LIQIBD (Ligue d’improvisation mêlant jeu et dessin) et enfin, au sein d’une compagnie d’improvisation théâtrale nommée Les Architectes.

En 2016, elle crée sa compagnie de théâtre CARGOThéâtre. Durant la saison théâtrale 2016-2017, elle présente son premier spectacle, (MAL)HEUREUSES, qu’elle a écrit et mis en scène, à Premier Acte.

(Photo : François Anger)

 

Géolocaliser l'amour

Jean-Paul Daoust a publié plus d’une quarantaine d’ouvrages de poésie et deux romans. Il a été lauréat du prix du Gouverneur général (1990) pour Les cendres bleues et du Grand prix Quebecor du Festival international de la poésie (2009) pour Le vitrail brisé. Ses dernières parutions sont Les îles de la ponctuation, accompagnée d’œuvres visuelles de Louise Prescott (2017) et Odes radiophoniques V (2018). À partir de l’automne 2019, il est poète en résidence pour une neuvième saison, à l’émission Plus on est de fous, plus on lit sur les ondes de la radio de Radio-Canada.

(Photo : Mario Savoie)

 

- Ceci n'est pas une pub

- Cabaret souvenir

Martine Delvaux est l'autrice de plusieurs romans et essais, dont Les filles en série: des Barbies au Pussy Riot (2013 [nouvelle édition revue et augmentée 2018]), Thelma, Louise et moi (2018) et Blanc dehors (2015) pour lequel elle a été finaliste au Prix du Gouverneur Général et au Prix des libraires. Elle est aussi professeure d'études littéraires et féministes à l'Université du Québec à Montréal depuis 1996.

(Photo : Valérie Lebrun)

 

- Ceci n'est pas une pub

Jean-Michel Déry est issu de la promotion 2005 du Conservatoire d'art dramatique de Québec. Actif sur les scènes théâtrales du Québec depuis maintenant près de 15 ans, il a joué dans plus d'une trentaine de productions. Dernièrement, il fut de la distribution de Christine, La Reine-Garçon au théâtre de La Bordée et Le Vrai Monde? au Théâtre du Trident. On pourra de nouveau le voir à La Bordée cet automne dans la création Hope Town.

(Photo : Eva-Maude TC)

 

- Ceci n'est pas une pub

Maude Deschênes-Pradet est écrivaine, chargée de cours en création littéraire et professeure de yoga. Elle a publié deux romans, La corbeille d’Alice (finaliste au prix Senghor du premier roman francophone et francophile 2014) et Hivernages (prix Horizons imaginaires 2019), tous deux chez XYZ. Elle a obtenu un doctorat en littérature et création de l’Université de Sherbrooke pour sa thèse portant sur les lieux inventés, laquelle vient de paraître chez Lévesque éditeur (Habiter l’imaginaire : pour une géocritique des lieux inventés, 2019).

(Photo : Martine Doyon) 

 

- Livres comme l'air 

Dominique est originaire de Black Lake. Récits de grand-père, voisinage original, dynamitage quotidien à la mine, force légendaire de ses ancêtres géants : ce sont les histoires qui l’ont trouvée alors qu’elle ne cherchait rien et pédalait dans le vent sur son bicycle siège banane. 
Depuis, ses yeux s’intéressent particulièrement à l’extraordinaire du quotidien, à la transmission des secrets simples et riches de l’humanité et à l’amour de la vie.
20 ans déjà qu’elle conte dans sa classe, pour les oreilles de ses élèves. Aujourd'hui, elle ose sortir ses histoires au grand jour!

 

Brigade littéraire extraordinaire

Jean Désy est poète. Il enseigne à l’Université Laval en littérature et en médecine. Il pratique toujours la médecine au Nunavik et sur la Côte-Nord. Parmi ses dernières parutions, deux recueils de poésie, Noires épinettes (éditions du Sabord, 2017) et Hymne à l’amoune (Mémoire d’encrier, 2019), un roman jeunesse, Tuktu (Les heures bleues, 2018), et un essai sur le Grand Nord, Être et n’être pas/Chronique d’une crise nordique (XYZ, 2019).

 

- Nuit de la poésie

Hélène Dorion a publié une trentaine de livres (poésie, roman, essai) pour lesquels elle a reçu de nombreux prix littéraires, dont le prix Mallarmé, le prix du Gouverneur général du Canada, le prix Anne-Hébert, le prix de la revue Études françaises de l’Université de Montréal et le prix Léopold-Senghor. Ses livres sont traduits et publiés dans une quinzaine de pays. Plusieurs de ses poèmes ont été mis en musique par des compositeurs, et en 2020, elle présentera au Palais Montcalm à Québec et à la salle Bourgie à Montréal un nouveau concert littéraire avec l’orchestre Les Violons du Roy. En 2016, ses photographies tirées du livre Le temps du paysage ont été exposées en différents lieux au Québec. Membre de l’Académie des lettres du Québec, Hélène Dorion est aussi Chevalière de l’Ordre national du Québec et Officière de l’Ordre du Canada. Ses plus récents ouvrages sont Comme résonne la vie (poésie), Recommencements, L’Étreinte des vents et Jours de sable (récits). En 2020 paraîtra un roman intitulé Pas même le bruit d’un fleuve.

(Photo : Maxyme G. Delisle)

 

- Ceci n'est pas une pub

Charlevoisien d’origine, Frédéric Dufour a étudié la guitare classique et les technologies musicales. Il est particulièrement présent sur la scène littéraire depuis plusieurs années à titre de musicien-accompagnateur, de compositeur et de concepteur sonore. Il est reconnu pour ses riches textures musicales et ses atmosphères qui mettent en valeur la parole et les mots des artistes qu’il accompagne. Ses créations se sont retrouvées dans de nombreux spectacles et festivals ainsi que dans plusieurs projets de médiation culturelle.

 

- Ceci n'est pas une pub

Connue à la fois comme interprète, auteure et metteure en scène, Anne-Marie Olivier est une figure importante du théâtre à Québec. Depuis sa sortie du Conservatoire d'art dramatique de Québec en 1997, elle a joué dans plusieurs productions, en plus d’écrire continuellement. 
En 2004, sa pièce solo Gros et détail lui a attiré un succès tant critique que populaire et fut acclamée au Québec, en Europe et en Afrique. Ce premier cru lui a valu le prix d’interprétation Paul Hébert aux Prix d’excellence des arts et de la culture de Québec et le Masque du public Loto-Québec 2005. Elle poursuit son travail de comédienne pour Wajdi Mouawad dans Forêts, Les Trois sœurs et Temps et elle écrit Mon corps deviendra froid pour le Théâtre de Quat’sous. 
Forte de ces expériences elle crée Annette, un deuxième solo qu’elle joue sur patin. Puis tout dernièrement elle crée Scalpé, Faire l’amour et Venir au monde entourée d’une remarquable équipe de concepteurs.
Anne-Marie Olivier assure la codirection générale et la direction artistique du Théâtre du Trident depuis 2012. Elle est également la directrice artistique de la compagnie Bienvenue aux dames.

(Photo : Stéphane Bourgeois)

 

- Ceci n'est pas une pub

Poète, romancière et essayiste, Heather O’Neill est notamment l’autrice de Mademoiselle Samedi Soir et de Hôtel Lonely Hearts. Ses livres, récompensés par de nombreux prix, figurent sur la liste des meilleures ventes dans plusieurs pays. Elle vit à Montréal.

(Photo : Julie Artacho) 

 

- Ceci n'est pas une pub

Christian Paré est reconnu pour sa maîtrise de nombreux instruments et styles musicaux internationaux. L’amour et la passion de la musique l’ont incité à étudier des styles musicaux très variés avec une vision "world". L’apprentissage de divers rythmes en leçons privées, ainsi que sa formation académique à l’Université Laval et de Montréal, ont été suivis de stages de perfectionnement avec des maîtres incluant les légendaires Zakir Hussain, Ali Akbar Khan, Karl Perazzo, Giovanni Hidalgo, Luis «Changuito» Quintana et Laurent Camara. Son expérience l’a amené à travailler dans le cadre de plusieurs spectacles, tournées internationales et enregistrements d’albums avec, entre autres, Daniel Bélanger et le Cirque du Soleil.

 

- Nuit de la poésie

Erika Soucy est née en 1987 à Portneuf-sur-Mer, sur la Côte-Nord. En 2007, elle a fondé L’Off-Festival de poésie de Trois-Rivières dont elle est toujours la codirectrice artistique. Erika est l’autrice de Cochonner le plancher quand la terre est rouge (Trois-Pistoles, 2010), L’Épiphanie dans le front (Trois-Pistoles, 2012) et Priscilla en hologramme (L'Hexagone, 2017). En 2015, elle se retrouve sur la liste des 10 jeunes auteurs à surveiller de Marie-Louise Arsenault, l'animatrice de Plus on est de fous, plus on lit, émission à laquelle elle collabore régulièrement. 
Elle participe aux ouvrages collectifs suivants en 2018 : Un Québec pays, le Oui des femmes (Remue-Ménage), Treize à table (Druide) et Monstres et fantômes (Québec-Amérique). 
Son premier roman, Les murailles (VLB éditeur, 2016), a remporté le Prix de création littéraire de la Ville de Québec et du Salon international du livre de Québec et est adapté pour les planches du Théâtre Périscope en avril 2019. Erika Soucy collabore actuellement à l'écriture de la série Léo (Club Illico) sous la gouverne de Fabien Cloutier, ainsi qu’à plusieurs projets de série télé et long métrage.

(Photo : Atwood photographie) 

 

- Cabaret souvenir

Diplômé en beaux-arts de l’Université Concordia, Marc Séguin est un artiste multidisciplinaire, à la fois peintre, romancier et cinéaste. Dès sa première exposition en 1996, il attire favorablement l’attention des critiques et des collectionneurs. Ses tableaux font partie des collections de plusieurs grands musées tel que le Musée d’art contemporain de Montréal, le Musée des beaux-arts de Montréal et le Musée national des beaux-arts du Québec. Son oeuvre comprend également quatre romans et un recueil de poèmes. Le premier long métrage de fiction qu’il a réalisé et écrit, Stealing Alice, est sorti en 2016. En 2017, il a réalisé le documentaire La ferme et son État, un portrait actuel des forces vives et des aberrations en agriculture au Québec.

(Photo : Jérôme Guibord) 

 

Table ronde | L'art pour valoriser la beauté du monde

C’est aux côtés de Jean-Luc Mongrain qu’Émilie Perreault a commencé sa carrière comme journaliste culturelle au Grand journal TQS en 2007, pour ensuite prendre la barre à l’animation d’ARTV Studio de 2009 à 2015. On a pu l’entendre en tant que chroniqueuse arts et spectacles à l’émission de radio la plus écoutée au Canada, Puisqu’il faut se lever de Paul Arcand de 2012 jusqu’à l’été 2018. Émilie a été chroniqueuse à Entrée principale sur Ici Radio-Canada télé et est présentement collaboratrice à l’émission Cette année-là sur les ondes de Télé-Québec. Elle est l’auteure et l’animatrice d’une série de 10 épisodes, inspirée de son livre Faire œuvre utile, diffusée à l’automne 2018 sur Ici ARTV. Elle travaille également au projet documentaire La victime parfaite avec Monic Néron, sur les failles et défaillances de notre système judiciaire en marge et en réaction au mouvement #moiaussi.

(Photo : Andreanne Gauthier) 

 

- Cabaret souvenir 

Table ronde | L'art pour valoriser la beauté du monde  

Webster est un vétéran de la scène hip-hop québécoise. Actif depuis 1995, il parcourt désormais le monde grâce à ses concerts, ateliers d’écriture et conférences. Passionné d’histoire, le rappeur de Limoilou s’intéresse particulièrement à l’esclavage et la présence noire au Québec et au Canada depuis l’époque de la Nouvelle-France.

(Photo : Philipe Ruel)

 

- Ceci n'est pas une pub

Table ronde | Transmission, milieux de vie et territoires

 

Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada, en 1996, Isabelle Hubert a vu une dizaine de ses textes créés sur les scènes de et du Québec. Parmi eux, mentionnons Couteau, sept façons originales de tuer quelqu’un avec…, Boudin, révolte et camembert, À tu et à toi (production finaliste pour le Prix de la critique de Québec 2007-08), La robe de Gulnara (Prix de la critique de Québec 2009-10), Laurier Station, 1001 répliques pour dire je t’aime (Prix Coup de Cœur Télé-Québec, FAIT 2012) et Frontières. Auteure polyvalente, elle aussi adapté des romans pour la scène (Agaguk d'Yves Thériault et Moby Dick d'Herman Melville), écrit des comédies d'été qui connaissent beaucoup de succès, prêté sa plume à des projets muséologiques et participé à titre de scénariste à quelques projets de cinéma et de télévision. Elle a réalisé plusieurs résidences d'écriture, entre autres, à Londres, à Villeneuve-lès-Avignon et en Guadeloupe. Depuis 2005, elle enseigne l’écriture dramatique à l’Université Laval.

(Photo : Nicola Frank Vachon) 

 

- Livres comme l'air 

Né en 1976, François Lavallée vit à Montréal, mais a grandi à Iberville en Montérégie au Québec. Il est auteur et conteur de métier depuis 1996. Il a cumulé plus de quatre-vingts tournées à travers la francophonie. Artiste de brousse, il a raconté autant au cœur des espaces publics, sur les planches des petits et grands théâtres, dans les écoles et musées que dans les cuisines et événements d’envergure. Il fait partie des membres fondateurs des célèbres soirées Les dimanches du conte au Sergent Recruteur à Montréal.

Il a reçu de nombreuses bourses en recherche et création du Conseils des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada. En décembre 2005, il représente le Canada et reçoit la médaille d’or dans la discipline Contes et conteurs aux cinquièmes Jeux de la francophonie à Niamey au Niger.

Dans un univers qui se situerait à la frontière de celui du Mister Jack de Tim Burton et du Baron de Munchausen de Terry Gilliam, François Lavallée livre un hommage tout personnel au Québec et à sa mémoire collective à travers un récital d’histoires où pointe une douce folie empreinte d’une poésie drôle et émouvante. Avant tout homme de paroles et d’idées, forgeron de menteries et rêveur de réalités, c’est aussi un bricoleur d’images ayant les pieds dans ses racines et le nez au vent de la modernité.

(Photo : Jacob Roy) 

 

La république des rêves 

Né en 1973, Benoît Gasnier vit et travaille à Rennes (France). Il est diplômé d'une licence en histoire de l’art et d’une maîtrise en art du spectacle. Lors de sa licence, il rencontre Enrique Vargas du Teatro de los Sentidos avec qui il travaille pendant quatre ans sur Oraculos. Il fonde en 1998, avec Julie Seiller le Théâtre à l’envers. Artiste protéiforme, il aime casser les codes de la représentation et place le spectateur au cœur de chaque dispositif (oeuvre de plateau ou installation vivante).

Quelques spectacles clés permettent de retracer son parcours. En 2001, il crée pour le festival Mettre en scène (Théâtre National de Bretagne) , installation vivante pour un spectateur, point de départ de ces futures créations. En 2002 et 2003, il poursuit ses recherches sur des dramaturgies non textuelles lorsqu’il réalise, en collaboration avec l’architecte Patrick Bouchain, les deux expositions spectacles Regards Premiers, au cours desquelles il propose au jeune public de découvrir les œuvres par les sens. De 2006 à 2009, il s’associe avec l’association Tout Atout pour des aventures de créations artistiques avec de jeunes gens de 15 à 25 ans qui donneront naissance à trois créations : Réveillez les endormis (2007), Il était une fois (2008), et Si... (2009). Suite à une traversée des États Unis, il crée en 2011, ICI ou ailleurs, pour le festival Les tombées de la nuit, un carnet de route pour une baraque de bois, dont l’un des murs s’ouvre entièrement sur l’espace public. En novembre 2015, il crée pour le festival Mettre en scène, Rien? où il épure son art et déploie davantage la notion d’installation vivante.

(Photo : Ouest France)

 

La république des rêves

Parallèlement à un master en arts du spectacle obtenu en 1998, Julie Seiller est formée par Enrique Vargas, metteur en scène colombien et créateur du Theatro de los Sentidos basé à Barcelone. La création, avec Benoît Gasnier, de la compagnie Théâtre à l’envers en 1999 la met sur les sentiers d’un théâtre qui questionne la relation au spectateur et le dispositif du spectacle. Depuis quelques années, elle axe ses recherches sur un théâtre de paysage.

Elle crée en 2008 le trio de musique Cabine, avec un premier concert immersif mis en espace par Benoît Gasnier, My best friend is my song (Tombées de la nuit / 2008). Depuis, elle continue à explorer la musique à travers différentes formes (pop-rock, création sonore et chant sur différentes créations).

Depuis 2005, elle collabore avec Kathryn Kenworth, artiste basée à San Francisco, sur la question de l’installation et du rapport au public. Cette relation va faire naître les projets Promenons nous vers où? et Is it far la mer? créés à San Francisco en partenariat avec Head Lands.

Ses recherches actuelles se développent autour de la marche, du paysage, de l’utopie, de l’environnement et du sensoriel dans le son. En tant que compositrice et interprète, elle travaille auprès de Katja Fleig depuis 2017 et l’accompagne en 2019 sur une création chorégraphique : Engelsam.

(Photo : Elie Jorand) 

 

La république des rêves

Dramaturge et romancière, Marie Laberge a écrit plus de vingt pièces de théâtre jouées tant au Québec qu’en Europe, treize romans et un essai. Depuis ses débuts il y a plus de quarante ans, elle a connu un important succès auprès d’un lectorat toujours plus vaste, notamment avec sa série Le goût du bonheur (Gabrielle, Adélaïde, Florent), et s’est vue décerner de nombreux prix. Son plus récent roman, Traverser la nuit, paraît fin septembre 2019 chez Québec Amérique.

(Photo : Michel Cloutier) 

 

Un thé avec Marie Laberge

Dominique Fortier construit depuis une dizaine d’années une œuvre singulière, au confluent de l’histoire et de l’imaginaire. Son premier roman, Du bon usage des étoiles (2008), a reçu le prix Gens de mer du festival Étonnants voyageurs de Saint-Malo, et Au péril de la mer a été couronné par le Prix littéraire du Gouverneur général en 2016. Son sixième livre, Les villes de papier, est paru chez Alto en 2018 et a été finaliste au Prix littéraire des collégiens 2019.

(Photo : Frédérick Duchesne)

 

Un thé avec Dominique Fortier 

Natasha Kanapé Fontaine est une poète, peintre, comédienne, militante en environnement et droits autochtones née en 1991. Elle est originaire de Pessamit et a d’abord marqué le Québec par ses slams « territoriaux » dès 2012. Elle a publié quatre recueils de poésie salués par la critique, intitulés N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures (Mémoire d’encrier, 2012), Manifeste Assi (Mémoire d’encrier, 2014), Bleuets et abricots (Mémoire d’encrier, 2016) ainsi que Nanimissuat. Île tonnerre (Mémoire d’encrier, 2018).

(Photo : Stéphane Audet)

 

Table ronde | Transmission, milieux de vie et territoires

 

Mylène Paquette découvre la navigation lors d’une escapade familiale sur le lac Champlain en 2005. Cette expérience révélatrice l’amènera à se passionner pour la rame océanique. Après une préparation de cinq ans et une traversée de l’Atlantique nord de 129 jours, elle partage aujourd’hui son expérience humaine par le biais de conférences partout au Canada et à l’international. Elle s’implique dans plusieurs causes environnementales avec le Centre québécois du droit de l’environnement, la Fondation David Suzuki, le Festival de films pour l’environnement et le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins. Aujourd’hui canotière, capitaine de son équipe de canot à glace, elle continue de ramer en se prononçant pour la sauvegarde du fleuve Saint-Laurent. Depuis novembre 2017, elle est membre du Collège des fellows de la Société géographique royale du Canada.

(Photo : Laurence Labat)

 

 

Table ronde | Transmission, milieux de vie et territoires

Après des études de cinéma (UQAC) et d’histoire de l’art (UQAM), Karoline Georges amorce une démarche artistique multidisciplinaire où se côtoient la vidéo, l’art audio, la photographie, la littérature et la modélisation 3D. Elle est l’auteure de sept livres, dont Sous béton (finaliste au Prix des libraires du Québec 2012), qui est maintenant publié dans la prestigieuse collection Folio SF. Elle a reçu en 2012 le Prix à la création artistique du Conseil des arts et des lettres du Québec. Son roman De synthèse a été en sélection au Prix des libraires du Québec et finaliste au Prix littéraire des collégiens avant de remporter en 2018 le prix Jacques-Brossard, le prix Arlette-Cousture, le prix Aurora Boréal, ainsi que le Prix littéraire du Gouverneur général.

(Photo : Yannick Forest)

 

-  Table ronde | La littérature peut-elle sonner l'alarme?

 

Dominic Tardif est journaliste et chroniqueur culturel. Il écrit notamment pour Le DevoirLes Libraires et Lettres québécoises. On peut également l’entendre à l’émission On dira ce qu’on voudra à la radio de Radio-Canada. Il a remporté en 2017 le Grand Prix du gala de l’Association des journalistes indépendants du Québec, catégorie «Journalisme culturel». 
(Photo : Anthony Simoneau Dubuc)

Auteur, metteur en scène, acteur et pédagogue, Christian Lapointe est l’une des têtes chercheuses du théâtre de création au Québec. Artiste basé à Québec, il a fondé le Théâtre Péril en 2000 et, depuis 2013, il est directeur artistique de Carte Blanche, compagnie théâtrale fondée en 1979. Depuis plus de quinze ans, comme metteur en scène, Christian Lapointe convie le public à des expériences atypiques. Il a été récompensé à plusieurs reprises : Prix Siminovitch (2007 : protégé de la lauréate et metteure en scène Brigitte Haentjens; 2016 : finaliste); Prix John-Hirsch décerné par le Conseil des arts du Canada à des metteurs en scène « ayant fait preuve d’un grand potentiel allié à une captivante vision artistique ». L’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) a décerné plusieurs prix à ses créations (Oxygène en 2014, Tout Artaud?! en 2015, Dans la République du bonheurSauvageau Sauvageau en 2016). Il est professeur à l’École supérieure de théâtre de l’Université du Québec à Montréal, et propose une pédagogie s’éloignant de la tradition de théâtre psychologique.

(Photo : Nadia Ross)

 

-  Table ronde | La littérature peut-elle sonner l'alarme?

Raymond Lemieux est éditeur et directeur littéraire aux Éditions MultiMondes. Il a été, de 1994 à 2016, rédacteur en chef du magazine Québec Science après avoir couvert l’actualité environnementale pendant plusieurs années pour de nombreux médias. Diplômé en communications de l’Université du Québec à Montréal, il est récipiendaire du prix Thérèse-Patry 2019 pour sa contribution exceptionnelle à la culture scientifique.

(Photo : Julie Artacho) 

 

- Table ronde ANEL-UNEQ | Le développement durable : l'urgence d'agir

Dominique Lemieux est le directeur de la Maison de la littérature et du festival Québec en toutes lettres. Détenteur d’une maîtrise en administration des affaires et d’un baccalauréat en études culturelles et littéraires, il possède une solide expérience de gestionnaire culturel et une excellente connaissance du milieu littéraire. Il a notamment occupé le poste de directeur général de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec et de la revue Les libraires pendant neuf ans. Pour cette organisation qui rassemble plus de 110 librairies indépendantes francophones au Canada, il a opéré de nombreux changements d’importance : transfert de l’OBNL en coopérative, développement de projets fédérateurs (site Web leslibraires.ca, plateforme de vente de livres numériques aux bibliothèques, etc.), la création, l’implantation de nombreux outils commerciaux et promotionnels, ainsi que l’établissement de partenariats clés. Au fil des ans, il est devenu spécialiste de différents enjeux en lien avec les nouvelles technologies et le livre numérique. Il a d’ailleurs siégé à différents comités au sein de la SODEC, du ministère de l’Éducation, etc.

 

- Table ronde ANEL-UNEQ | Le développement durable : l'urgence d'agir

Historien de formation, David Murray oeuvre dans le milieu du livre depuis 2004 et est éditeur aux Éditions Écosociété depuis 2012. Gravitant depuis plusieurs années autour des milieux altermondialistes et de la décroissance, il a collaboré de 2008 à 2012 à L’objecteur de croissance, le journal du Mouvement québécois pour une décroissance conviviale, en plus d'en assumer la codirection. Ayant écrit pour diverses publications écrites et du web et animé une émission de radio d’affaires publiques sur les ondes de CISM de 2004 à 2013, il a aussi codirigé les ouvrages Creuser jusqu’où? Extractivisme et limites à la croissance (avec Yves-Marie Abraham, Écosociété, 2015) et Aux origines de la décroissance. Cinquante penseurs (avec Cédric Biagini et Pierre Thiesset, Écosociété, 2017), en plus d’avoir participé entre autres aux ouvrages collectifs Décroissance. Vocabulaire pour une nouvelle ère (Écosociété, 2016) et Le progrès m'a tué. Leur écologie et la nôtre (L'échappée et Le pas de côté, 2016), et collaboré à la rédaction du livre d'Éric Pineault, Le piège Énergie Est. Sortir de l'impasse des sables bitumineux (Écosociété, 2017).

 

Table ronde ANEL-UNEQ | Le développement durable : l'urgence d'agir

La poète, romancière et professeure québécoise Louise Dupré (1949 - ) a enseigné pendant vingt ans la création littéraire à l’Université du Québec à Montréal. Membre de l’Académie des lettres du Québec, de la Société royale du Canada et de l’Ordre du Canada, elle a reçu à deux reprises le Grand Prix Québecor du Festival international de la poésie et le Prix de poésie du Gouverneur général. Sa poésie révèle un souffle et un lyrisme hors du commun, témoins d’une pensée féconde. Dupré nous montre que même dans l’abîme de l’horreur, il est possible de trouver une voix réparatrice. Son recueil La main hantée a remporté le Prix du Gouverneur général 2017.

 

Parcours littéraire performatif

Né en 1967, poète, romancier et essayiste, à l’affût des collaborations et des expériences esthétiques les plus diverses, Bertrand Laverdure a marié ses mots à tous les types de musique. Les compositeurs Stacey Brown, Cléo Palacio-Quintin, Vincent Collard et Marc Ouellette ont mis ses textes en musique tout aussi bien que, dans un autre registre, le groupe métal Anonymus. Il a obtenu le prix Joseph S. Stauffer, décerné par le Conseil des arts du Canada en 1999. Il a reçu le prix Rina-Lasnier en 2003 pour Les forêts (Noroît, 2000, finaliste au Nelligan). Son livre de poésie Audioguide (Noroît, 2002) a été en nomination pour le Grand Prix du Festival international de poésie de Trois-Rivières 2003. Bertrand Laverdure a été chroniqueur littéraire à la télévision MAtv et à la radio CIBL. Il a été le Poète de la Cité à Montréal 2015-2017. Son ouvrage le plus récent est Lettres en forêt urbaine. Le projet Xanadu (poésie, Mémoire d’encrier, 2019)

(Photo : Pascal Lysaught) 

 

Table ronde ANEL-UNEQ | Le développement durable : l'urgence d'agir

Écrivain, historien, anthropologue, poète, performeur et commissaire en arts visuels, Louis-Karl Picard-Sioui est membre du peuple wendat et demeure à Wendake. Cofondateur et directeur de Kwahiatonhk!, il a publié trois livres de fiction et quatre recueils de poésie, Yawendara et la forêt des Têtes-Coupées (Le Loup de gouttière, 2005, finaliste au Prix Salon international du livre de Québec en 2006), Chroniques de Kitchike: la grande débarque (Éditions Hannenorak, 2017) et Les visages de la terre (Éditions Hannenorak, 2019).

(Photo : Hélène Bouffard) 

 

Parcours littéraire performatif

Le Collectif RAMEN est un collectif littéraire fondé en 2015 à Québec. Sa mission est de contribuer à l’essor de l’art poétique et d’offrir une tribune accessible et sécuritaire pour tous les types de voix littéraires. Par ses actions artistiques décomplexées et bienveillantes, le regroupement d’artistes produit et diffuse la littérature sous diverses formes : spectacles et performances littéraires, rendez-vous mensuels de poésie avec micro ouvert, création de fanzines et d’objets, ateliers d’écriture, médiation culturelle, projets collaboratifs et lectures radiophoniques.

(Photo : Laurence Caron)

 

Parcours littéraire performatif 

Originaire du Saguenay, Odile-Marie Tremblay vit maintenant à Québec et à Beaupré. Elle s’intéresse aux ateliers de poésie et participe à des lectures publiques. En 2008, elle reçoit la mention au prix Piché pour la suite Les pieds à contre-courant, publiée aux Écrits des Forges (Poèmes du lendemain 17). Elle publie, en 2012, Les dieux divisibles aux Éditions du Noroît.

 

- Nuit de la poésie

Marie-Hélène Voyer est née au Bic en 1982. Elle a très tôt délaissé la ferme familiale pour se consacrer à la littérature. Après un doctorat en études littéraires à l'Université Laval, elle a publié Expo habitat, son premier recueil de poésie et Terrains vagues, un essai critique sur la poétique de l'espace dans les romans français et québécois contemporains. Lorsqu'elle n'enseigne pas au Cégep de Rimouski, elle se consacre à l'écriture.

(Photo : Charles Briand)

 

- Nuit de la poésie

Candidat au doctorat en études littéraires à l’Université Laval, Mattia Scarpulla est aussi docteur en arts, spécialisé en danse. Il écrit des poèmes, des nouvelles et des textes de réflexion sur la danse, les archives et la littérature. Il participe à la création de spectacles littéraires et dirige des ateliers corporels d’écriture. Il est directeur éditorial de la revue en ligne Le Crachoir du Flaubert et éditeur adjoint pour les Éditions Hashtag de Montréal. Il a publié Col fiato (Manni, 2006), Journal des traces (l’Harmattan, 2011), Hallucinations désirées et origines en fuite (l’Harmattan, 2018) – gagnant du prix Rolande-Gauvin 2018, et Préparation au combat (Hashtag, 2019).

(Photo : Atwood photographie)

 

- Nuit de la poésie

Lyne Richard est poète, romancière et nouvelliste. Elle habite le quartier Saint-Sauveur de Québec où elle est née. Elle consacre la majeure partie de son temps à la création d’œuvres littéraires et visuelles. Elle a publié neuf recueils de poèmes, trois romans et trois recueils de nouvelles. Un dixième recueil de poèmes paraîtra à l’automne : Les silences éparpillés.

(Photo : Sylvain Bruneau) 

 

- Nuit de la poésie

Née à Saint-Benjamin dans les années 1990, Laurence Veilleux est l’auteure de Chasse aux corneilles (Poètes de brousse, 2014) et de Amélia (finaliste au prix Émile-Nelligan 2016 et lauréat du prix Félix-Leclerc 2017). Elle est libraire à Rimouski. Elle des chambres, paru au printemps 2019, est son troisième livre de poésie.

(Photo : Mathieu Gosselin)

 

- Nuit de la poésie

Jean-Noël Pontbriand a œuvré dans le milieu de l'enseignement pendant plus de cinquante ans. Il a enseigné la création littéraire à l'Université Laval. Poète et essayiste, il a fait paraître plusieurs recueils de poèmes, dont Éphémérides et Naissances. Sa dernière publication est un essai: Dérives dans l'enseignement de la littérature aux éditions Nota Bene.

 

- Nuit de la poésie

Isabelle Forest est poète, romancière et praticienne en arts littéraires. Son travail d’écriture et son implication dans le milieu littéraire ont été récompensés par plusieurs prix (Piché, Félix-Leclerc, Radio-Canada, Félix-Antoine-Savard, de L’Institut Canadien de Québec, entre autres). Elle est actuellement responsable de la programmation de la Maison de la littérature et du festival Québec en toutes lettres.

(Photo : Atwood photographie)

 

- Nuit de la poésie

Alain Deneault, après y avoir fait paraître Gouvernance et La médiocratie, lance cette année chez Lux Éditeur le feuilleton théorique Les économies, qu'il développe dans le cadre de son engagement au Collège international de philosophie. Il est aussi l’auteur d’essais sur les multinationales et les paradis fiscaux chez Écosociété.

(Photo : Faustine Lefranc)

 

Dans l’œil d'Alain Deneault

Poète et diseur, Franz Benjamin a choisi de célébrer la vie, d’en faire un festin à travers sa poésie. Au nombre des recueils publiés: Chants de mémoire (Paroles, 2003), Dits d'errance (Mémoire d'encrier, 2005) et Vingt-quatre heures dans la vie d'une nuit (Mémoire d'encrier, 2011). Il a contribué à la réalisation de différents événements culturels et a codirigé en 2006 le projet Montréal vu par ses poètes.

 

- Nuit de la poésie

Née à Sorel et vivant à Montréal, Élise Turcotte est l’autrice de plusieurs recueils de poésie pour lesquels elle a remporté de nombreux prix, dont le Grand prix du festival international de la poésie (2002), ainsi que le Prix Émile-Nelligan (1987 et 1989). Elle a aussi publié des livres pour enfants, des nouvelles, et des romans, parmi lesquels La maison étrangère (Prix du Gouverneur général 2002) et Guyana (Prix du livre de la Ville de Montréal 2011). Son prochain roman, L’apparition du chevreuil, paraitra chez Alto en octobre 2019.

(Photo : Julie Artacho)

 

- Nuit de la poésie

Née à Québec, Dominique Zalitis travaille en alphabétisation et poursuit un travail d’écriture qui retrace la mémoire des origines. Entre l’ici et l’ailleurs, son univers poétique porte le silence et la mouvance des pas. Son plus récent titre Recoudre la lumière a été publié à l’automne 2017, aux Éditions David. En 2012, son premier recueil, Entre les murs de la Baltique, a été traduit en letton.

(Photo : Émilie B. Meunier)

 

- Nuit de la poésie

Charles Sagalane est né et demeure à St-Gédéon, au Lac-St-Jean. Écrivain indisciplinaire, il aime sortir la poésie des livres. Il mène des animations et des ateliers littéraires auprès de tous les publics et vient de publier son sixième recueil, 96bric-à-brac au bord du lac. Depuis quelques années déjà, sa Bibliothèque de survie accueille les lecteurs en territoire.

(Photo : Sophie Gagnon Bergeron)

 

- Nuit de la poésie

Kwe’dokye’s, Andrée Levesque Sioui, est Wendat de la communauté de Wendake. Mélodiste, interprète et poète, elle fait du corps matériau, de la voix et du tambour les instruments de sa quête d’éveil et participe comme artiste et conteuse à de nombreux événements. Engagée dans sa communauté, elle y enseigne la langue wendat auprès des jeunes depuis 2010. Elle travaille présentement à l’écriture d’un recueil.

 

- Nuit de la poésie

Auteur, compositeur et interprète d’origine innue, né au Labrador en 1959, Florent Vollant grandit sur une réserve nommée Maliotenam, à l’est de Sept-Îles. Il amorce sa carrière musicale dans le milieu des années quatre-vingt et contribue alors à la création du festival Innu Nikamu qui, depuis 1984, réunit annuellement de nombreux musiciens et chanteurs des diverses nations amérindiennes.

Avec un autre jeune innu, Claude McKenzie, il forme le duo Kashtin. De 1989 à 1995, le groupe enregistre Kashtin, Innu et Akua Tuta, trois albums qui leur permettent de remporter quatre Félix et de monter sur scène au Québec, au Canada, mais aussi en France, en Belgique, en Corée du Sud, aux États-Unis, en Bolivie.

Ardent défenseur de la nature et des rivières québécoises, Florent Vollant reçoit le titre d’Artiste pour la Paix en 1994. En plus de collaborer aux albums de Richard Séguin, Robbie Robertson, Marc Déry et Zachary Richard, Florent est toujours très présent dans sa communauté à Maliotenam. Il y met sur pied un projet qui lui tient à cœur : le studio Makusham, à la fois studio professionnel et centre de formation pour les jeunes musiciens autochtones.

À l’automne 2018, il fait paraître un nouvel album composé de 11 titres aux couleurs country-folk et tex-mex : Mitsha Meshkenu. Signifiant en innu « la grande route », Mitsha Meshkenu c’est la 138, la plus vieille route du territoire que Florent Vollant, le nomade, a beaucoup parcourue.

(Photo : Jean-Charles Lamarre)

 

Mishta Meshkenu

Sébastien Brunel termine ses études d'illustration à Lyon, sa ville natale, au milieu des années 1990. Il travaille un moment pour des studios de jeux vidéo, en France et en Angleterre, puis expose ses premières peintures dans les bistrots de la Croix-Rousse. Les années suivantes, il voyage, notamment du côté du Moyen-Orient et de l'Asie, et dessine des modèles nus dans son atelier. Il enseigne aujourd’hui le dessin d'après modèle vivant dans plusieurs écoles.

Sébastien découvre les techniques de l'estampe via la sérigraphie, en réalisant des affiches libertaires, puis Côte 195, une série d'illustrations mettant en scène son quartier des pentes de la Croix-Rousse après une inondation diluvienne. Quand il rencontre Alice Guéricolas-Gagné, tous deux sont surpris par la similitude entre leurs deux univers de villes inondées. À la lecture du manuscrit Saint-Jambe, Sébastien retrouve la même ambiance post-apocalyptique joyeuse et fantasmagorique que celle de ses dessins. Il crée une première image pour la couverture du roman, pendant qu'Alice organise sa venue à Québec en vue d'un projet mêlant ses textes et une série complète d'images de Saint-Jambe inondé.



Les bidouillages de Pascal Asselin (Millimetrik), originaire de la ville de Québec, sont des paysages musicaux électroniques empreints de couleurs et de textures : du hip-hop à l’ambiant en passant par des rythmes à tempos lents nappés de bonne grosse basse. En spectacle, Millimetrik y ajoute des « drums » et un habillage visuel immersif. En formule DJ, il augmente le tempo et revisite plusieurs styles du spectre électronique. Millimetrik a été nommé trois fois au gala de l’ADISQ et a performé dans plusieurs festivals majeurs tels que Mutek, Osheaga, FMEAT et le Festival d’été de Québec, pour ne nommer que ceux-là. Millimetrik est le récipiendaire de l’album électronique de l’Année au Gala GAMIQ 2014. En 2018, sa discographie comprend neuf albums.

(Photo : Bertrand Lemoyne)

 

Géolocaliser l'amour

Pascale Bourguignon est française d’origine. Elle a choisi de venir vivre au Québec, à Montréal en 1993. Elle y est restée une vingtaine d’années avant de s’installer à la campagne, en Montérégie, où se trouve son atelier d’artiste.

Elle travaille en tant qu’illustratrice pour plusieurs maisons d’édition au Québec. Artiste multidisciplinaire, elle expose aussi régulièrement dans différentes galeries et centre d’arts du Québec. Territoires, migrations, environnement sont évoqués dans ses installations, dans ses photographies et collages ou ses sculptures cinétiques. La nature et les références au monde végétal sont omniprésentes dans son travail. 

 

Exposition | L'enfant dans le miroir

Nelly Arcan est née en 1973 à Lac-Mégantic, ville de granit et de l’ardoise. Son premier roman, Putain, récit éblouissant de colère (finaliste au prix Fémina et au prix Médicis) est publié au Seuil en 2001. Folle, publiée en 2004, consolide son enquête des affres de l’esprit féminin. Son troisième roman, À ciel ouvert en 2007, marque la fin d’un cycle romanesque alors qu’elle se tourne vers la fiction.

 

Exposition | L'enfant dans le miroir

Au théâtre, Sylvie Ferlatte est de la distribution des Belles-Sœurs, théâtre musical depuis 2010. Elle a aussi fait partie de la distribution des trois productions des Girls à Clémence.

Les gens se souviennent encore de sa performance dans le rôle de la jeune femme atteinte du sida dans L’amour avec un grand A de Jeannette Bertrand et également dans Le Frère André.
Sylvie Ferlatte a été mise en nomination aux Gémeaux pour son rôle de Mme Breton dans Emma. Depuis, on a pu la voir à la télévision dans Les hauts et les bas de Sophie Paquin, La galère, Fortier, Vice caché, pour ne nommer que ceux-ci.  

Au théâtre, elle a joué Molière, Tchekhov, Shakespeare, Corneille, Gélinas, pour ensuite participer à la création de la pièce Le vrai monde? de Michel Tremblay.

(Photo : Karine Levesque)

 

Émilie ne sera plus jamais cueillie par l'anémone

Maude Guérin a eu l’occasion de s’illustrer à maintes occasions que ce soit au théâtre, à la télévision ou au cinéma. Sur scène, nous l’avons vu récemment dans Le songe d’une nuit d’été (Théâtre Denise-Pelletier), Vu du pont (TNM), Manifeste d’une jeune fille (Espace Go) et Après (Théâtre d’Aujourd’hui). Au préalable, elle a incarné Carmen dans Le chant de Sainte Carmen de la Main et a fait partie de la distribution des pièces suivantes : Belles-Sœurs, La Cerisaie, Fragments de mensonges inutiles, La mouette, Oncle Vania, Mambo Italiano, La chatte sur un toit brûlant, Motel Hélène et Après la chute.

Au petit écran, elle remporte le trophée Artis et un prix Gémeaux pour sa magnifique performance dans Feux. On la retrouve aussi dans En thérapie, Toute la vérité, Mémoires vives, Belle-Baie, Providence (Gémeaux 2009, meilleur rôle de soutien féminin), Les invincibles II, Vice caché (Gémeaux 2006, meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien) et La part des anges. Présentement, nous la voyons dans la télésérie 5e rang diffusée sur les ondes de Radio-Canada.

Au cinéma, elle joue dans La passion d’Augustine (L. Pool), Grande Ourse : la clé des possibles (P. Sauvé), Roméo et Juliette (Y. Desgagnés), L’audition (L. Picard), La beauté de Pandore (C. Binamé) et Matroni et moi (J.-P. Duval), et c'est elle qui incarne Maud Graham dans Le collectionneur (J. Beaudin). Maude fait partie de la distribution de Chien de garde (S. Dupuis) et son interprétation poignante de Joe dans ce film lui a valu l’Iris de la meilleure interprétation dans un premier rôle féminin au Gala Québec Cinéma 2018.

(Photo : Neil Mota)

 

-  Émilie ne sera plus jamais cueillie par l'anémone

Quelques années de radio consacrées principalement à la chanson puis quelques décennies à faire voir et entendre la poésie sur scène. Scènes théâtrales, scènes étudiantes, scènes provisoires autant qu'improvisées. Récent retour à la radio comme chroniqueur et billettiste. Voilà en gros l'itinéraire de Christian Vézina, poète, homme de scène et de radio, fils, père, frère, ami, amoureux, voisin, citoyen, rêveur, travailleur très autonome et post-doctorant en vie intérieure. Né en 1958 entre le Cap-Tourmente et le cap Diamant.

 

Émilie ne sera plus jamais cueillie par l'anémone 

Journaliste, animateur et conférencier, spécialisé en science et en médecine, Yanick Villedieu a été l’animateur, de 1982 à 2017, de l’émission radiophonique d’actualité et de culture scientifiques Les années lumière (auparavant Aujourd’hui la science), sur ICI Radio-Canada Première. De 1983 à 2017, il a été un collaborateur régulier du magazine L’actualité, où il a publié plusieurs centaines d’articles en science, en médecine et en gastronomie. Il a publié des livres, dont Demain la santé (1976), La Médecine en observation (1991) et Un jour la santé (2002). Il a reçu de nombreux prix de journalisme, dont le Grand Prix des Radios publiques francophones, en 2006. Membre d’honneur de l’Association des communicateurs scientifiques du Québec depuis 2002, il a reçu un doctorat honoris causa de l’Université d’Ottawa en 2005, le prix Raymond-Charrette du Conseil supérieur de la langue française en 2013, ainsi que le prix Distinction Santé durable de l’Association pour la santé publique du Québec en 2017. Yanick Villedieu a reçu le titre de Chevalier de l’Ordre national du Québec en 2008.

(Photo : Jacques Robert) 

Marianne Trudel est pianiste, compositrice, improvisatrice et arrangeuse. Sa musique, puisant au carrefour de plusieurs influences, témoigne de son regard ouvert sur l’univers infini de la musique. Énergique et passionnée, elle poursuit une carrière des plus actives donnant autant des récitals en solo qu’en diverses formations et grands ensembles. En plus de nombreux stages de perfectionnement, son parcours comprend une formation en piano classique, un baccalauréat en jazz (McGill), une maîtrise en ethnomusicologie (Université de Montréal). Parmi les figures internationales avec qui elle a partagé la scène, mentionnons : Chucho Valdes, Charles Aznavour, Mark Feldman, Tony Malaby, et Kenny Wheeler. Dans le créneau de la composition, elle a composé et arrangé , entre autres, pour l’American Composers Orchestra (New York), le Henri Mancini Institute Orchestra (Los Angeles), les Violons du Roy (Québec) et l’ensemble OktoEcho (Montréal).

(Photo : Michel Pinault)

 

Du big bang à la double hélice

Simon Douville est photographe, artiste visuel et poète diplômé en Arts plastiques du Cégep de Sainte-Foy en 2010 et en étude professionnelle de photographie du CFP Maurice-Barbeau en 2017. Entre temps, il a effectué un mentorat avec Première Ovation (2013), il a été un membre fondateur et actif du Collectif RAMEN (2014-2017) avec qui il a participé et organisé de nombreux événements de poésie, notamment la performance LA POÉSIE SUR UN FIL durant le Mois de la poésie (2014). Il a publié dans quelques fanzines autopubliés pour la posture et dans des revues universitaires (…Lapsus, Code-Barres). On l’a vu deux fois sur la scène du OFF-FIPTR (2009 et 2016). Il a récemment effectué sa première exposition solo de photographies BEAUTÉ.E BAROQUE à l’espace galerie Sherpa (2018). Simon Douville n’est pas straight.

 

Brigade littéraire extraordinaire

Comédien, auteur, metteur en scène et réalisateur, Antoine Laprise est diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Québec (1990). Il fonde en 1995, avec Lorraine Côté, le Théâtre du Sous-marin jaune, animé par le désormais célèbre Loup bleu (Candide ; La Bible ; Discours de la méthode ; Les essais d’après Montaigne ; Kanata ; Guerre et paix). En 1996, il participe à la Course Destination Monde puis travaille comme réalisateur pour Pixcom (Bons baisers d’Amérique) et Radio-Canada (RDI, La vie d’artiste). Il réalise deux documentaires : Le dernier mot (2006) sur le critique Robert Lévesque et La bête volumineuse (2009) sur le musicien Fred Fortin. Il se consacre principalement à la mise en scène de théâtre (Le Mahabharata, Tom Sawyer, La nature même du continent, La bonne âme du Setchouan, Les cercueils de Zinc, Pedro Paramo, Double suicide à Amijima, Dans le petit manoir, Le dragon) ou de musique (Le voyage d’hiver de Keith Kouna). Son premier spectacle solo, Otomonogatari / L’éveil d’une oreille (2015), aborde l’univers de la musique expérimentale japonaise. Il a été professeur invité à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM pour l’année 2017-2018.

(Photo : Fanny Britt)

 

Du big bang à la double hélice

Alexandre Jardin (Prix du Premier Roman, Prix Fémina) est l’un des auteurs de langue française les plus lus. Il a publié une vingtaine de romans et une vingtaine d’albums jeunesse. Ses romans ont été lus par des générations de lecteurs (Le Zèbre, Fanfan, L’île des gauchers, Juste une fois, Le petit sauvage, Les coloriés, etc.), tout comme ses ouvrages autobiographiques (Le roman des Jardins, Le Zubial, Des gens très bien, etc.).

Son dernier livre, Le roman vrai d’Alexandre, paraît aux Éditions de l’Observatoire le 5 juin 2019.

(Photo : Audrey Dufer)

 

 

Classe de maître avec Alexandre Jardin 

Dans la bibliothèque d'Alexandre Jardin

Un thé avec Alexandre Jardin

Depuis 2005, Yolaine compose ses contes autour de thèmes tirés des folklores traditionnels et contemporains. Elle a participé à de nombreux festivals et soirées à travers le Québec et la France, ainsi qu’au Togo. En 2014, elle a remporté la première place au concours de menteries de Moncrabeau, en France, et est ainsi devenue la reine des menteurs.

Yolaine donne aussi des ateliers autour du conte, de la menterie, de la créativité et de l’organisation du travail de l’artiste. Elle offre ces formations au Québec et en France.

Il y a une douzaine d’années, Yolaine a fondé Les Ami.e.s Imaginaires, un diffuseur de contes, de légendes et de menteries. Elle dirige cet organisme dont la mission est de faire connaître et déployer la parole contée dans la ville de Québec. Son équipe organise, chaque année à la période du poisson d’avril, le Festival de contes et menteries.

lesamiesimaginaires.ca

 

Brigade littéraire extraordinaire

Véronique Langlais se passionne entre autres pour la création littéraire, les nouvelles technologies et les communications, ce qui se traduit autant dans sa vie professionnelle que dans ses projets personnels. Stratège de marque au sein de l’agence Kabane, elle utilise sa plume pour insuffler authenticité et transparence aux marques d’ici et d’ailleurs. Récipiendaire de deux résidences de création, elle a entre autres présenté ses textes au Mois de la poésie, au festival Québec en toutes lettres et au Mois de l’histoire des Noirs.

(Photo : Hélène Bouffard)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Véronica Rioux « manie-fête » les mots, manifeste à coups de slam son espoir d’une société plus juste et plus tendre. En 2019 elle devient pour la 3e fois championne de SLAMcap dans la ville de Québec et représente celle-ci au premier concours international Slam-o-Vision, parmi 11 villes de littérature de l'UNESCO. Elle a publié dans des anthologies de slam et la revue L’écrit primal. Invitée à divers événements ici et ailleurs, on l'a vue sur plusieurs scènes engagées (slam, poésie, théâtre). Elle travaille aussi dans le domaine de la solidarité et comme facilitatrice de Biodanza, promouvant un profond changement de culture, plus axée sur la vie et le lien humain.

 

Brigade littéraire extraordinaire

Enseignant et vulgarisateur, Michel Giguère conçoit et anime les Rendez-vous de la BD depuis 2005.

 

Les rendez-vous de la BD - Péril en la planète 

Catherine Fortin a signé trois recueils de poésie aux éditions du Noroît, dont Le silence est une voie navigable qui lui a valu d'être finaliste au prix du Gouverneur général. Ses poèmes, souvent présentés en public, ont paru dans des anthologies, collectifs et périodiques. Elle aime collaborer avec des artistes visuels et lire sur scène accompagnée de musiciens.

(Photo : Elena Laliberté)

 

- Nuit de la poésie

Depuis la fin de ses études en jeu à l’université Concordia, Elkahna a fait partie de plusieurs productions anglophones et francophones sur les scènes théâtrales. On a pu la lire pour la première fois avec d’autres auteurs. Tout d’abord Pulpe, un recueil de nouvelles érotiques sous la direction de Stéphane Dompierre, ainsi que Cœur-reflexe recueil poétique en écho à Montréal brûle-t-elle ? d’Hélène Monette à Possibles édition. On la connait aussi sous le nom de Queen Ka, comme artiste de littérature orale qui présente depuis 2007 ses œuvres poétiques sur scène un peu partout dans le monde.
Elle a publié en février 2018 à Mémoire d’encrier Moi, figuier sous la neige son premier recueil de poésie.
Elle fait aussi partie des auteurs du livre Libérer la colère aux éditions Remue-ménage et collabore à l’émission Plus on est de fous, plus on lit depuis quelques années.

(Photo : Julie Artacho)

 

- Ceci n'est pas une pub

- Cabaret souvenir

Claudia Larochelle est autrice (Les bonnes filles plantent des fleurs au printemps, Les îles Canaries, Je veux une maison faite de sorties de secours - Réflexions sur la vie et l'oeuvre de Nelly Arcan, la série jeunesse La doudou, etc.) et journaliste spécialisée en culture et société. Elle a animé pendant plus de six saisons l'émission LIRE. Elle est chroniqueuse sur ICI Radio-Canada radio et télé, sur Avenues.ca et signe régulièrement des textes dans Les Libraires et Elle Québec. Elle est titulaire d'un baccalauréat en journalisme et d'une maîtrise en création littéraire.

 

- Ceci n'est pas une pub

Détentrice d’une maîtrise en études littéraires de l’Université Laval, Valérie Forgues est auteure de fiction et de poésie. Elle s’intéresse au récit de soi et à l’intime, à la mémoire et au deuil. Depuis 2009, ses mots l’ont portée dans divers festivals et résidences au Québec comme à l’étranger. Elle partage son temps entre l’écriture, la codirection littéraire chez Le lézard amoureux et son travail en bibliothèque. Son dernier livre de poèmes Jeanne forever, écrit avec Stéphanie Filion, est paru en 2018.

(Photo : Marylin Forgues) 

 

Brigade littéraire extraordinaire

Poète tant multidisciplinaire qu’indiscipliné, Thomas Langlois se consacre à l’écriture, à la mise en scène et à la performance, dans des créations hybrides et multidisciplinaires telles que Carnaval Carnivore (avec Frédéric Dufour, 2019), Autour du Rose enfer des animaux (collectif Dans Ta Tête, 2018), Imanipulaton (avec Louis-Robert Bouchard, 2018), ...manquante (collectif des P’lis d’langue, 2018), Lapalissade (Dans Ta Tête, 2017), 1-800 Visage-s (Dans Ta Tête, 2016) et Panpan! (2015). Il se produit également depuis maintenant dix ans sur la scène poétique québécoise. Il a publié deux micro-recueil de textes à slamer, Faire mal, volume 1 (2015) et Faire mal, volume 1, chapitre 2 (2016), aux éditions Les croque-mots du Tremplin d’Actualisation de la Poésie (TAP). Il a remporté plusieurs distinctions dont le titre de Champion Slam de la Capitale (2011, 2015 et 2017), de Champion Slam du Québec (2017 et 2018) et de Vice-champion du monde à la Coupe mondiale de slam de Paris (2018). Membre cofondateur des collectifs Dans Ta Tête (DTT) et P’lis d’langue, il est aussi cofondateur et codirecteur général et artistique de JokerJoker, organisme de diffusion nomade de spectacles multidisciplinaires. Il est titulaire d’un baccalauréat en théâtre et d’une maîtrise en Littérature, arts de la scène et de l’écran à l’Université Laval et poursuit actuellement sa recherche-création au doctorat afin d’approfondir sa formation théâtrale.

(Photo : Pierre Barellon)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Originaire d’Abitibi, Lux vit à Québec depuis longtemps. Si vous lui jasez un peu, elle vous racontera peut-être une histoire. Lux s’implique pour que la poésie subsiste, le plus intensément possible, le mieux possible. Elle a fait partie du comité exécutif de la revue de création littéraire ...Lapsus de l'Université Laval, elle improvise des poèmes à la radio ou sur scène, a cofondé le Collectif RAMEN en 2015, donne des ateliers d’écriture poétique, et n'a pas encore publié son roman.

(Photo : Simon Douville) 

 

Brigade littéraire extraordinaire

Sébastien Lamarre est écrivain et psychanalyste. Il a publié dans des revues de poésie, de psychanalyse et de politique. Il a également participé à des concours de slam, il a fait des spectacles littéraires et des performances artistiques de toutes sortes. De plus, il a donné des conférences autant dans des cadres universitaires que populaires. Son écriture et son travail ont trois objectifs : produire une œuvre, attaquer le pouvoir en place et donner une place au désir et à la coupure langagière.

 

Brigade littéraire extraordinaire

Rosalie Trudel est née sur le bord du fleuve en 1979. Après avoir œuvré en danse contemporaine, elle écrit aujourd’hui de la poésie (L’Ondée, Éditions du Noroît) et enseigne la littérature. Sa poésie, sensuelle et atmosphérique, a notamment été présentée au Festival de la poésie de Montréal, à Québec en toutes lettres et au Festival international de poésie de Trois-Rivières.

 

Brigade littéraire extraordinaire

Normand Génois est un poète un peu sauvage qui cherche non seulement comment intégrer l’humain à la nature, mais aussi comment maroufler la nature sur l’être humain. Il a publié cinq titres principalement aux Éditions du Noroît.

 

Brigade littéraire extraordinaire

Des fusées à Blanc-Sablon, des vergers sur la lune, un Saint-Laurent électronique, l’île-prison d’Anticosti, un ennemi dont tout le monde a peur, mais que personne ne connaît, des drones-oiseaux, un mystérieux cerf d’or, Kamouraska ravagé par une catastrophe nucléaire, une crise économique sans fin, les premiers soleils artificiels, des robots en bambous, des cannibales dans les égouts de Montréal (à moins que ce ne soit des communistes) : ce ne sont que quelques exemples des « insolismes » que vous retrouverez dans l’univers surréaliste de l’auteur et conteur Maxime Plamondon.

(Photo : Nicolas Vitte)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Artiste peintre, auteure de la relève, animatrice et chargée de projets, Marie-Josée Lépine travaille à la mise en valeur des arts et de la culture depuis près de 15 ans pour le compte d’artistes ainsi que d’organismes culturels et gouvernementaux. Depuis 2016, elle se consacre presque exclusivement à des projets de création personnels et collectifs. Peinture abstraite et écriture lui permettent de traduire une vision du monde colorée qui invite à s’émanciper des limites imposées.

(Photo : Etienne Dionne)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Marie-Ève Muller est née en 1989 près du fleuve en banlieue de Montréal. Ses diplômes en journalisme, en rédaction professionnelle, en sciences des religions et en littératures témoignent de son intérêt pour la force évocatrice des mots. Elle offre des ateliers de créations, participe à des performances littéraires, publie dans des recueils collectifs. En 2012, elle reçoit une bourse Première Ovation en arts littéraires. La résilience des corps, paru aux éditions de L'Instant Même en janvier 2019 est son premier roman.

(Photo : Llamaryon)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Jacques Ouellet a publié six recueils de poésie. Il a obtenu le Prix Octave-Crémazie pour son premier recueil Qui ose regarder. Poète invité au Festival international de la poésie de Trois-Rivières à quelques reprises, la série les Poètes de l’Amérique française l’accueillait au printemps 2010. Dans le cadre de la journée mondiale du Bonheur, il était invité par L’ONU à participer à l’Anthologie de Poésie Contemporaine Internationale. Depuis le 20e anniversaire de la Charte de la langue française, une île du réservoir de la Caniapiscau porte le nom Le chuchotis des rives, extrait de L'Enfant du voyage. On ne laisse rien, publié en 2014 aux Éditions du Noroît est son plus récent recueil.

 

Brigade littéraire extraordinaire 

Un pied ancré dans l'urbanité de Québec et l'autre solidement enraciné dans son Lotbinière natal, Jacques Hébert est un as du grand écart narratif. 
Par le conte, il aime garder vivante la mémoire de ces géants de la vie ordinaire qui nous ont précédés. 
Puisant dans le folklore autant que dans sa propre fantaisie déjantée, Jacques saura vous divertir ou vous émouvoir.

(Photo : Sabica Senez)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Hors de tout parcours académique classique, elle suit les enseignements de poètes, nouvellistes, romanciers pour explorer et parfaire sa pratique de l’écriture. Elle se tourne vers le slam et le kasàlà pour s’initier à la performance publique. Elle a participé à des expositions avec le collectif La lettre et le trait, à la croisure des continents. Elle a aussi été finaliste au marathon d’écriture 2019 et sera publiée dans le recueil des Éditions L’Hybride en octobre prochain.

 

- Brigade littéraire extraordinaire

Poète interdisciplinaire, Hélène Matte est un électron libre portant de nombreux chapeaux : écrivaine et travailleuse culturelle, commissaire et médiatrice, performeuse et artiste visuelle, mère de famille et citoyenne. Sa pratique artistique investit l’art-action, le dessin et l’écriture.
Elle interroge les notions de voix, de rencontre et de poésies expérimentales à travers une recherche et une série de créations. Explorant la vocalité, sa pratique se manifeste particulièrement sous forme de prestations scéniques et d’enregistrements.
En plus de multiplier les présences lors de récitals, elle crée ses propres stand up poétiques. Hélène Matte a réalisé ou produit de nombreux vidéopoèmes dont Rebote, présenté à la Semaine de la Critique au Festival de Cannes 2016.
Combinant ces différents éléments selon les occasions et les contextes, Hélène Matte multiplie les projets rassembleurs et originaux. Elle a réalisé des expositions et performances en Europe, au Canada et ailleurs en Amériques, mais agit aussi à l'échelle locale où elle entreprend, coordonne et anime des projets rassembleurs tels Apprentis poètes! (2014), Vies de Quartier (2016) et Les Arbres à poèmes (2018) et les ateliers de poésie du Pavois (2019). 
En 2019, elle publiait le recueil Supports fragiles (Dadasco, France), Une Babel de pierres vives (Planète Rebelle, Montréal) ainsi que le CD L'oeil nu du projet ZumTrobaR, en hommage à Paul Zumthor.

(Photo : Jean-Christophe Blanchet)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Parcours littéraire performatif

Geneviève Morin habite Québec durant l’année scolaire et, l’été, mène sa bohème au bord de la mer, dans un village de 1 900 habitants.
Ielle (Geneviève est de genre non-binaire) écrit une poésie incisive, sensuelle et pleine d’humour. 
On peut lire ses poèmes dans le recueil Gâteaux glacés (Éditions de la Grenouillère, 2016) 
et dans diverses revues littéraires québécoises, canadiennes et européennes. 
Geneviève a également commis des chroniques féministes de 2016 à 2018 pour la radio de CKIA.

(Photo : Simon Douville)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Geneviève Lévesque est poète, romancière, journaliste, comédienne d’animation et slameuse. Elle fait partie du duo de poésie-musique Les Orages de janvier et du collectif d’animation théâtrale pour enfants Les Hurluberlous. Elle donne à l’occasion des ateliers d’écriture.
Elle pratique le slam depuis 2010, en compétition, en spectacle ou dans la rue.

 

Brigade littéraire extraordinaire

Comédienne et autrice, Carolanne Foucher partage son temps entre ces deux domaines artistiques complémentaires. Côté écriture, elle se fait la main en étant scripte-éditrice pour de nombreux projets théâtraux, en plus de travailler à l’écriture de ses propres textes. Sa pièce de théâtre Manipuler avec soin sera jouée à la Licorne en 2020, et son recueil de poésie 2 ½ sera publié la même année. En tant que comédienne, on a pu la voir au théâtre Périscope dans Chapitres de la chute, ainsi que, plus récemment, au théâtre Petit Champlain dans Boeing Boeing. Jusqu’au 12 octobre, on peut la voir sur les planches du théâtre Premier Acte dans Fièvre, de Rosalie Cournoyer.

(Photo : Eva-Maude TC)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Francis Paradis est natif de Baie-Comeau. Diplômé en création littéraire à l’Université Laval, il a poursuivi des études en danse contemporaine à L’École de danse de Québec. Un de ses textes, Traversée des secteurs résidentiels, a fait l’objet d’un vidéopoème au moyen de la plateforme Web de la Fabrique Culturelle Côte-Nord.

(Photo : Simon Douville)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Nuit de la poésie 

Ariane Lessard est l’autrice de Feue, premier roman paru aux éditions La Mèche en 2018. Titulaire d’une maîtrise en recherche-création de l’UQAM, elle explore les thèmes relatifs à la mise en commun des récits; romans choraux, polyphonie narrative, et s’intéresse particulièrement à la place de la parole des femmes. Elle signe des nouvelles dans les prochains recueils Stalkeuses : 16 nouvelles indiscrètes (Québec Amérique) ainsi que Zodiaque (La Mèche) dont elle est aussi coéditrice. Elle travaille présentement à son prochain roman en plus d’écrire de la nouvelle. Entre temps, elle travaille dans une bibliothèque et s’atterre à la lecture et à la réalisation de sa carte du ciel.

 

Brigade littéraire extraordinaire

 

Chanteuse, improvisatrice et poète de performance, Flavie fait d’abord connaître sa plume comme finaliste provinciale de la ligue québécoise de slam en 2008. Elle sort son premier album Jazz et tralala en 2009 et est reconnue comme performeuse dans un duo de contes poétiques lors du festival Les jours sont contés en Estrie. Elle initie en tant que Slamestre les soirées de Slam ton Sutton en 2015 ainsi que des ateliers de médiation culturelle sur l’expansion vocale et l’interprétation. Directrice du quatuor de chant du monde Yule, elle est membre de l’Ensemble de musique improvisée de Québec depuis 2017 et explore l’interdisciplinarité entremêlant le conte, la loop station et les marionnettes avec son spectacle Clair de femme qui bénéficie de 4 bourses de la ville de Québec et qu’elle présente entre autres dans les festivals Le Mois de la poésie et au Festival de théâtre de l'Université Laval.

(Photo : Valentin Bourreaud)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Pionnier dans l’actualisation transdisciplinaire de la poésie et défenseur de la poésie vivante, André Marceau crée avec les mots, les images, les sons, la performance, le corps et les objets depuis vingt-cinq ans.
Fondateur en 2000 du Tremplin d’actualisation de poésie (TAP), dont il assume la direction artistique; ainsi que des Vendredis de poésie en 1998, qu’il anime toujours; il a instauré le Slam de poésie à Québec en 2006 et lui insuffle encore sa vitalité.
Il a publié des livres et des disques monographiques de poésie, de haïkus, de poésie vivante, ainsi qu’un poème-objet érotique interactif. De ses poèmes sont parus en revue, anthologie, livre d’artistes ou sur disque. Il a également dirigé des publications collectives (livres et disques), soit pour des revues, des anthologies ou des compilations sur disque en poésie. Il a réalisé l’émission Des monstres dans la gorge (2001-2008) ainsi que de la poésie audio et des « cut ups cartoons » pour celle-ci. 
Depuis 1992, il a présenté des lectures-performances au cours de spectacles, cabarets, Nuits, manifestations et festivals reliés à la poésie, à la performance ou à la musique actuelle. En 2014, le Mois de la poésie et l’Université Laval lui décernaient le Prix Jean-Noël Pontbriand.

 

Brigade littéraire extraordinaire 

Parcours littéraire performatif

Dominique Sacy est un artiste de spoken word, de slam et d’ovnis théâtraux. Il a cofondé Spoken word Québec et le Simili-festival. Dans la dernière année, il a monté et joué un spectacle sur l’application Tinder (Le Tinder chaud), co-coordonné la 2e édition du Simili-festival et fondé un groupe de musique dans lequel il dit et crie des mots (Le 1%). Ils feront sous peu la première partie de Metallica au Centre Vidéotron.

Vous l’aurez compris, la dernière phrase est un mensonge. Il espère tout de même que le reste du contenu, qui est véridique juré craché, soit suffisant pour vous faire faire des « back flips ».

(Photo : Jesse Lee Trépanier)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Attirée par ce subtil désordre entre énoncés du réel et de fiction, Anaïs a quitté l’Autriche pour étudier le journalisme puis la création littéraire dans des pays francophones. Proche du conte, elle présente des spectacles en lien avec l’écriture, notamment avec le groupe Contes Érable Orchestra (un ensemble de musique et de contes), avec ...manquante (un spectacle-atelier participatif) et avec Migration (une œuvre qui lie le mouvement à la poésie). Ses textes ont été publiés dans les revues Katapulpe, Le Bilboquet, Lapsus, Poemesale.com, Le crachoir de Flaubert et dans le recueil Idées noires à emporter, des Éditions L’Hybride.
En 2016, Anaïs intègre l’organisation du festival Contabadour à Lotbinière, un festival de contes, de cirque et de musique dans lequel elle tient le rôle de directrice générale et artistique. Parallèlement à ceci, elle anime des ateliers de création littéraire et écrit des contes qu’elle enregistre pour les diffuser dans des parcours audio.

 

Brigade littéraire extraordinaire

Anaël Turcotte est écrivain, artiste en performance poétique et batteur. Il est membre cofondateur du Collectif RAMEN et ancien membre de feu le collectif littéraire Exond&. Ayant terminé sa maîtrise en Études littéraires en 2019, il participe depuis plusieurs années déjà à la scène littéraire de Québec, notamment à l’occasion du Mois de la poésie et de spectacles ponctuels présentés en collaboration avec des artistes de différents horizons.
Amoureux de la diversité des formes et de la musicalité dans la voix, il croit au pouvoir de l’art pour libérer, pour construire, pour rassembler et pour réfléchir.

(Photo : Atwood photographie) 

 

Brigade littéraire extraordinaire 

Alix Paré-Vallerand est née en Haute-Ville de Québec. Elle fut membre du Collectif RAMEN trois ans (2015-2018) pendant lesquels elle offrit plusieurs spectacles littéraires et happenings poétiques dans la capitale. Alix Paré-Vallerand oeuvre comme guide-animatrice dans un musée du Vieux-Québec, ce qui alimente sa fiction. Elle vit et écrit en Basse-Ville où elle s'intéresse à la mémoire des lieux et aux corps queer; sa prochaine filature s’intitule Roch-City.

(Photo : Laurence Caron)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Alice Guéricolas-Gagné a publié le roman Saint-Jambe, récipiendaire du Prix Robert-Cliche 2018. Elle a ensuite commissarié l’exposition collective Artéfacts saint-jambiens, qui prolonge la mythologisation du quartier Saint-Jean-Baptiste entreprise par son livre. Elle travaille avec l’artiste lyonnais Sébastien Brunel au projet d’estampes La montée des eaux dans lequel son faubourg chéri sera immortalisé comme une île au milieu de la mer.

En plus de s’impliquer comme écrivaine et interprète au sein du groupe de rétroprojections et poésies Les tyroliennes saint-jambiennes, elle écrit pour la pièce Au bout des doigts du Théâtre des Petites âmes. À l’instar du collectif Ramen qu’elle admire, elle entretient un idéal de justice sociale et de démocratisation de l’art. Elle s’intéresse de près à la dramaturgie ainsi qu’au monde des marionnettes.

(Photo : Simon-Olivier Gagnon)

 

Brigade littéraire extraordinaire

La montée des eaux 

Alex Noël est doctorant au Département des littératures de l’Université Laval. Ses recherches portent sur la dépossession dans le roman moderne québécois. À l’hiver 2014, il a enseigné la littérature québécoise comme chargé de cours à l’Université Jawaharlal Nehru de New Delhi et travaille à l’occasion dans différents Cégeps. Il a publié quelques textes de création dans des revues (Liberté, Contre-jour, Zeugme, Moebius), dont Les femmes invisibles, un reportage littéraire qui lui a valu le Prix d’excellence de la SODEP. En 2016, il s’est mérité le Prix du jeune écrivain de langue française.

(Photo : Pierre Barrelon)

 

Brigade littéraire extraordinaire

Nuit de la poésie 

À titre d'auteur, Steve Gagnon reçoit en 2008 la bourse Première Œuvre, qui récompense un premier texte dramatique prometteur, pour sa pièce La montagne rouge, publiée aux Éditions l’Instant même. En 2012 et 2013 paraissent ses pièces Ventre et En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas, toujours aux Éditions L’Instant même. Préoccupé par la signification attribuée au concept de virilité et la façon dont les hommes sont définis au 21e siècle, il s’est penché sur la question dans son essai Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles, publié par Atelier 10 en 2015. OS : la montagne blanche s’est mérité le prix Marcel-Dubé en plus d’être finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général en 2017. Ce texte, de même que Pour qu’il y ait un début à votre langue (2019) ont été publiés aux Éditions l’Instant même. Sa prochaine pièce, Les étés souterrains, sera présentée au théâtre La Licorne au printemps 2020.

(Photo : Kelly Jacob) 

 

- Cabaret souvenir 

Né à Port-au-Prince, élevé à Jonquière (Saguenay), Stanley Péan compte à son actif une vingtaine de titres pour adultes ou adolescents. Traducteur littéraire, présentateur à la télé, scénariste, journaliste, il a été rédacteur en chef de la revue Le libraire de 1998 à 2013, président de l’Union des écrivaines et écrivains québécois (UNEQ) de 2004 à 2010 et il est actuellement président du conseil d’administration du Festival international de la littérature (FIL). Homme de radio, il a animé le magazine littéraire hebdomadaire Bouquinville (diffusé de 2001 à 2004 à la Chaîne culturelle de Radio-Canada); depuis 2009, il est à la barre de Quand le jazz est là, une émission quotidienne en semaine à l’antenne d’ICI Musique.

(Photo : Laurence Labat) 

 

- Cabaret souvenir

Artiste pluridisciplinaire et multi-instrumentiste, Philip Larouche se passionne pour la musique et les sons, le cinéma et la photographie. Compositeur, performeur ou interprète, il met son talent brut au service des mots avec sensibilité, équilibre et justesse. Depuis 2006, il a participé à plus d’une vingtaine de productions théâtrales diverses.

Sur la scène musicale, on a pu le voir un peu partout au Québec et aux États-Unis, avec de nombreux artistes et collectifs : Notwithstanding, Porté Disparu, Shania Twain, Marc-André Béliveau, Zaz, Navet Confit et Maude Audet. 

Depuis 2016, il fait partie de la Ligue d’improvisation musicale de Québec. Il accompagne aussi présentement Pépé et sa guitare en tournée. 

(Photo : Rémi Deroche)

 

- Cabaret souvenir

Après quatorze ans de formation musicale dans sa Gaspésie natale puis à Montréal, Patrick Ouellet fait le Conservatoire d'art dramatique de Québec (CADQ) en jeu de 1997 à 2000. Depuis, il s'est produit dans plus de 50 productions comme acteur, interprète musical et compositeur: 

Parmi ses musiques pour le théâtre, on retrouve celles de La robe de Gulnara, Frontières, Laurier-Station et Le cas Joé Ferguson en compagnie de sa collaboratrice Andrée Bilodeau. Seul, il compose celles de Radi, Frank, le garçon boucher, Aux portes du royaume, Butter et Projet BBQ. Il a remporté le prix Bernard-Bonnier en 2014 pour la musique originale de Détour de chant, spectacle créé par sa compagnie, Campe. 

Depuis 2004, il enseigne la voix et la formation auditive pour l'acteur au CADQ. Il œuvre également comme conseiller dramaturgique, acteur ou marionnettiste avec plusieurs compagnies, dont Machine de Cirque (Machine de Cirque, 2016 et Truck Stop, 2018), Flip Fabrique (Le songe d’une nuit d’été, 2016), Pupulus Mordicus (Jacques et son maître, 2007, Cabaret Gainsbourg, 2011, Méphisto Méliès, 2014) et le Théâtre Niveau Parking (CHSLD, 2017) et le Trident (Antigone, 2019).

(Photo : Emmanuel Buriel)

 

- Cabaret souvenir

Naomi Fontaine est née à Uashat, petite baie qui borde le fleuve. Après ses études à l’Université Laval, elle y est retournée pour pratiquer sa profession d’enseignante. Attachée à son peuple, elle écrit le visage des Innus, ce que leurs yeux ont vécu. Son premier roman poétique, Kuessipan (Mémoire d’encrier, 2011), lui a valu une mention pour le Prix des cinq continents de la Francophonie. L’adaptation cinématographique est présentement en développement chez Max Films. Son second roman, Manikanetish (Mémoire d’encrier, 2017), a été finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général.

 

- Cabaret souvenir

Gabriel Robichaud vient de Moncton. Comédien, il écrit et chante aussi. Il compte une pièce de théâtre et trois recueils de poésie, dont Acadie Road (Perce-Neige, 2018), récipiendaire du prix Champlain. À la télévision, il incarne Zoël Bourgeois dans la télésérie À la Valdrague. Il est aussi le directeur de la nouvelle collection Théâtre des Éditions Perce-Neige. 

(Photo : Marianne Duval)

 

- Cabaret souvenir

Nuit de la poésie 

Active sur la scène francophone du conte depuis plus de 15 ans, Arleen Thibault a participé à plus d’une centaine de festivals et événements culturels au Canada, en France, en Belgique, au Congo et en Côte d’Ivoire. En 2015, elle représentait le Québec aux Fêtes de la francophonie à Sao Paulo au Brésil et en 2009, le Canada aux Jeux de la Francophonie à Beyrouth au Liban. Son spectacle Le vœu a été présenté dans plus d'une soixantaine de salles et a remporté plusieurs prix, dont celui du CALQ Œuvre de l’année 2016 en Chaudière-Appalaches.

(Photo : Nicola-Frank Vachon)

 

- Cabaret souvenir

Sylvie Nicolas a publié une trentaine de titres, dont une quinzaine pour la jeunesse. Deux fois finaliste au Prix du Gouverneur général, elle était, en 2013, la première lauréate du Prix de poésie Jean-Noël-Pontbriand, créé par le Printemps des poètes et l'Université Laval. Elle travaille également comme traductrice de romans, de poésie, d’essais critiques et d’œuvres multimédias. Certains de ses textes ont été traduits en anglais, en espagnol et en coréen. Les Variations Burroughs et Le cri de La Sourde, ses plus récents titres, témoignent de son attachement à la Gaspésie et retracent les origines de son désir d’écriture.

 

- Ceci n'est pas une pub

Né à Haïti, Rodney Saint-Éloi vit à Montréal depuis 2001. Il partage son temps entre l'écriture et l'édition. En 1991, il fonde à Port-au-Prince les éditions Mémoire et, en 2003 à Montréal, les éditions Mémoire d'encrier. Rodney Saint-Éloi a commencé à écrire dès l'âge de treize ans. Il a publié une quinzaine de recueils et des essais sur la littérature dont Nous ne trahirons pas le poème (2019), Passion Haïti (2016) Je suis la fille du baobab (2015). Compagnon des Arts et des Lettres, membre de l’académie des lettres du Québec, il a reçu le prix Charles Biddle, pour sa contribution exceptionnelle à la culture québécoise.

(Photo : Sylvain Lewis)

 

- Ceci n'est pas une pub

Poète et nouvelliste, Mireille Gagné est née à l’Isle-aux-Grues et vit à Québec. Elle a publié trois recueils de poésie aux Éditions de l’Hexagone : Les oies ne peuvent pas nous dire (2010), Les hommes sont des chevreuils qui ne s’appartiennent pas (2015) et Minuit moins deux avant la fin du monde (2018). Elle a également publié les recueils de nouvelles Noirceur et autres couleurs aux Éditions Trampoline (2010) et Le syndrome de Takotsubo aux Éditions Sémaphore (2018), finaliste au Prix de création littéraire de la Ville de Québec et du Salon international du livre de Québec en 2019.

(Photo : Mélanie Crête)

 

- Ceci n'est pas une pub

Brigade littéraire extraordinaire

Nuit de la poésie 

Michel Pleau est originaire du quartier Saint-Sauveur à Québec. Il y a plus de vingt-cinq ans, il publiait son premier recueil. Depuis, il ne cesse d’apprendre à lire et à écrire de la poésie. Il a reçu le Prix du Gouverneur général 2008 pour La lenteur du monde publié aux Éditions David. Ses recueils ont aussi été publiés par les Écrits des Forges et les Éditions du Noroît.

Il aime les livres et fouiller dans les librairies d’occasion.

(Photo : Marilyn Forgues)

 

- Ceci n'est pas une pub

Brigade littéraire extraordinaire

Nuit de la poésie 

Maude Poissant enseigne la littérature et écrit depuis une dizaine d’années. Certains de ses projets d'écriture se sont déployés hors du livre (exposition Portraits égarés, spectacle Allège et autres mots désuets, etc.), d'autres ont exploré le texte bref (recueil de nouvelles Saccades, Hamac, 2014 et quelques textes en revue). L'écriture est pour elle une magnifique déchirure dans l'ordinaire des jours.

(Photo : Hélène Bouffard)

 

- Ceci n'est pas une pub

Mathieu Simoneau est rédacteur professionnel et se passionne pour la production maraîchère à petite échelle. Titulaire d’une maîtrise en création poétique, il a publié des textes et des critiques dans des revues, notamment Moebius et Le Sabord. En 2014, il participe au livre Tailler les mammifères, publié aux éditions d’Art Le Sabord. Son premier recueil, intitulé Il fait un temps de bête bridée, est paru au Noroît en 2016, suivi d’un deuxième en 2019, intitulé Par la peau des couleuvres.

(Photo : Geneviève Boudreau) 

 

- Ceci n'est pas une pub

Nuit de la poésie 

Marie-Andrée Gill est étudiante en Lettres à l'UQAC. Originaire de Mashteuiatsh, elle participe à la vie littéraire sous toutes ses formes. Son écriture se promène entre kitsch et existentielle, alliant les identités québécoise et ilnue. Elle a publié trois recueils chez La Peuplade, Béante, Frayer, et plus récemment Chauffer le dehors.

 

- Ceci n'est pas une pub

Nuit de la poésie 

Marianne Marceau est comédienne et directrice artistique du festival du Jamais Lu Québec. Elle a joué dans de nombreux théâtres au Québec et à l’étranger. On l'a vue dans À toi pour toujours ta Marie-Lou, Les fourberies de Scapin, Mois d'août : Osage County au Trident et dans Dévadé, pièce tirée du roman éponyme de Réjean Ducharme et dont elle signe l'adaptation. Ce printemps, elle incarnait Christine dans Christine, la reine-garçon de Michel Marc Bouchard, performance qui lui a valu le Prix Paul-Hébert. Elle interprétera Edwige l’hiver prochain à la Bordée dans Les mains d’Edwige au moment de la naissance.

(Photo : Llamaryon)

 

- Ceci n'est pas une pub

Formé en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal, Marc-Antoine K. Phaneuf est artiste et auteur. Depuis 2006, son travail a été abondamment présenté dans des centres d’artistes autogérés, des galeries et des musées du Québec. Intéressé par les objets de la culture populaire et les histoires qu’ils portent, ses œuvres les plus récentes exploitent les grands récits de notre époque et s’inspirent du manifeste et de la propagande. Il a publié trois livres de poésie aux éditions Le Quartanier, dont Cavalcade en cyclorama (2013) écrit lors d’une performance d’écriture de huit jours. Il vit et travaille à Québec.

(Photo : Christian Leduc)

 

- Ceci n'est pas une pub

Kim Thúy a quitté le Vietnam avec les « boat people » à l’âge de dix ans et s’est installée avec sa famille au Québec. Diplômée en traduction et en droit, l’écrivaine a travaillé comme couturière, interprète, avocate, propriétaire de restaurant et chroniqueuse culinaire pour la radio et la télévision. Ses livres, dont les ventes montent à plus de 730 000 copies dans le monde, sont traduits en 29 langues dans 39 pays et territoires. Kim Thúy vit à Montréal et se consacre à l’écriture.

(Photo : Martin Girard)

 

- Ceci n'est pas un pub

Judy Quinn est l’auteure de quatre recueils de poésie aux éditions du Noroît, dont Pas de tombeaux pour les lieux. En 2018 paraissait son troisième roman, L’homme-canon, chez Leméac. Ses livres, qui s’intéressent à la mémoire et à nos rapports ambigus aux lieux, ont remporté plusieurs prix au Québec.

 

- Ceci n'est pas une pub

Jonathan Roy vient de publier Savèches à fragmentation, son deuxième livre de poésie (Perce-Neige, 2019). 

Depuis son premier recueil aux mêmes éditions (Apprendre à tomber, 2012 – Prix littéraire 
Antonine-Maillet-Acadie Vie), il a collaboré à des revues et collectifs, au livre d’artiste Alpha/Coda- Portrait du monde au gun à plombs, à l’écriture de chansons pour Cédric Vieno et les Hôtesses d’Hilaire, à la scénarisation du court-métrage Bill Bowl et aux spectacles Manifeste scalène et Fuites - Les pipelines se couchent à l'Est

Il est directeur artistique du Festival acadien de poésie de Caraquet et dirige la collection Poésie/Rafale des Éditions Perce-Neige.

(Photo : Joanie Roy)

 

- Ceci n'est pas une pub

Jean Sioui est Wendat. Il a publié son premier recueil, Le Pas de l’Indien, aux éditions Le Loup de Gouttière en 1997. Il a publié en 2004 Poèmes rouges, un recueil de poésie, et Hannenorak, un roman pour la jeunesse. En 2007 il a publié au Loup de Gouttière son deuxième roman jeunesse Hannenorak et le vent et un recueil de poésie L’avenir voit rouge aux Écrits des forges. En 2010 il a écrit Je suis île, un nouveau recueil de poésie qui a été publié chez Cornac. Puis en 2012 il a publié Avant le gel des visages aux éditions Hannenorak et Entre moi et l’arbre aux Écrits des forges en 2013, recueil finaliste au prix Alain-Grandbois pour l’académie littéraire du Québec. En 2015, il publie Mon couteau croche chez Mémoires d’encrier et en 2018 le livre jeunesse Hanneniorak et les rêves chez les éditions Hannenorak. En janvier 2019 il publie A’yarahskwa’ j’avance mon chemin chez Mémoire d’encrier. En 2010, il a créé les éditions Hannenorak qu’il dirige avec son fils.

 

- Ceci n'est pas une pub

Née à Montréal en 1988, Émilie Turmel a grandi à Québec. Poète, performeuse et travailleuse culturelle, elle a publié son premier livre, Casse-gueules (Prix René-Laynaud, finaliste Prix Émile-Nelligan), aux éditions Poètes de brousse, en 2018. Titulaire d’une maîtrise en littérature française et d’un diplôme de deuxième cycle en création de livres-objets de l’Université Laval, elle a aussi étudié et enseigné la philosophie. Elle habite aujourd'hui à Moncton, au Nouveau-Brunswick, où elle assure la direction générale du Festival Frye, le plus important événement littéraire au Canada atlantique.

(Photo : Atwood photographie) 

 

- Ceci n'est pas une pub

David Goudreault est travailleur social, romancier et poète. Directeur artistique de la Grande Nuit de la Poésie de St-Venant, il a publié trois recueils de poésie aux Écrits des Forges et trois romans aux Éditions Stanké. Premier Québécois à remporter la Coupe du monde de poésie en 2011, il a aussi reçu la médaille de l’Assemblée nationale en 2012, le Grand prix littéraire Archambault en 2016 et le Prix Lèvres Urbaines en 2017 pour sa contribution au rayonnement de la poésie québécoise. Son spectacle solo, Au bout de ta langue, s’est vu décerner quatre prix de la Bourse RIDEAU 2018.

(Photo : Jocelyn Riendeau)

 

- Ceci n'est pas une pub

Chantale Gingras vit à Québec et un peu dans sa tête. Elle est professeure de littérature au cégep de Sainte-Foy. Passionnée de littérature, elle lit et écrit parce qu’elle veut vivre mille vies, pas une de moins. À ce jour, elle a publié un recueil d’historiettes en 140 caractères (twittérature), intitulé La vie est brève (L’Instant même, 2016) et un roman, intitulé La face cachée des cailloux (L’instant même, 2018). Elle publiera également un recueil de haïkus intitulé Éclats à l’hiver 2020. Elle travaille actuellement à deux projets : un deuxième roman et un recueil de nouvelles « longues ». On peut difficilement dire qu’elle s’ennuie.

(Photo : Brigitte Lessard)

 

- Ceci n'est pas une pub

Catherine Lalonde est née en 1974 et habite Montréal. Elle écrit de la poésie (La dévoration des fées, Le Quartanier, 2018; Cassandre, 2005, et Corps étranger, 2008, prix Émile-Nelligan, tous deux parus chez Québec Amérique et réédités en 2019 au Quartanier) et travaille au Devoir comme journaliste.

(Photo : Justine Latour)

 

- Ceci n'est pas une pub

Né à Montréal en 1989, Jean-Christophe Réhel est poète et romancier.

(Photo : Joëlle Simard Lapointe)

 

- Nuit de la poésie

Chloé Savoie-Bernard est une écrivaine montréalaise. Son plus récent livre, Fastes, est paru à l’automne 2018 chez l'Hexagone.

(Photo : Valérie Lebrun)

 

- Ceci n'est pas une pub

Née en 1986 à Québec, Christiane Vadnais œuvre depuis plusieurs années au rayonnement de la littérature québécoise comme programmatrice et chargée de projets. Titulaire d’une maîtrise en études littéraires, elle a notamment remporté le concours de nouvelles de la revue XYZ en 2017. Son premier livre, Faunes (Alto, 2018), a été lauréat du Prix de création littéraire Ville de Québec-Salon international du livre de Québec.

 

Table ronde | Transmission, milieux de vie et territoires

Après plus de 20 ans d’expérience dans le domaine du « story-board » et de l’animation 2D, Richard Vallerand se consacre à la bande dessinée à partir de 2011, année où il participe à la création du collectif La shop à bulles. Il est un collaborateur régulier du magazine Curium avec sa série Les Laborats, dont le premier album, Crottes de fromage et bistouri, est paru aux éditions Michel Quintin. Il a aussi illustré le roman graphique Automne rouge, sur un scénario de André-Philippe Côté, aux éditions La Pastèque.

(Photo : Cathy Lessard)

 

Géolocaliser l'amour

Maude Veilleux est née en Beauce. Elle a publié trois recueils de poésie ; Les choses de l’amour à marde, Last call les murènes et Une sorte de lumière spéciale (Éditions de l’Écrou) ainsi que deux romans ; Le vertige des insectes et Prague (Hamac). En 2018, elle fait paraître un roman-web, frankie et alex – black lake – super now. Son travail en performance a été présenté dans plusieurs centres d'artistes et festivals.

 

- Ceci n'est pas une pub

Écosociologue et révolutionnaire tout sourire, Laure Waridel est engagée depuis près de 30 ans dans les grands chantiers écologiques et solidaires. Cofondatrice d’Équiterre, chroniqueuse, conférencière, professeure, co-porte-parole du Pacte pour la transition, elle est considérée comme l’une des pionnières du commerce équitable et de la consommation responsable au Québec. Le magazine Maclean’s l’a présentée comme l’une des « 25 jeunes Canadiens qui changent déjà le monde ». Elle est l’auteure, chez Écosociété, des essais Acheter, c’est voter (Prix du public du livre d’affaires HEC et Prix Communications & Société, 2005), L’envers de l’assiette (2011) et La transition, c’est maintenant (2019).

(Photo : Carl Lessard)

 

Table ronde ANEL-UNEQ | Le développement durable : l'urgence d'agir

Étudiant au baccalauréat en études littéraires avec une concentration en création littéraire depuis 2018, mais à l’affût de la scène poétique de la ville de Québec depuis déjà 5 ans, il propose une démarche artistique qui s’articule autour de la littérature orale et de la performance éphémère. Il contribue lui-même, depuis peu, à la scène poétique locale par sa participation à une panoplie d'événements et de micros ouverts.

(Photo : CLDH photographie)

 

- Nuit de la poésie